Un sprint pour Gaviria et des secondes perdues, le Tour est lancé !

Après les presque habituelles polémiques d’avant départ, le Tour de France a enfin démarré comme il faut, avec une première étape loin d’être inintéressante. Si on n’a pas échappé au sprint massif annoncé, le final de l’étape a été marqué par plusieurs incidents qui ont fait perdre du temps précieux à de nombreux leaders.

La première étape du Fantatour a été remportée par la Ri CarTeam qui prend par la même occasion le fantamaillot jaune grâce à la triplette de sprinter Gaviria, Sagan et Laporte.

Si les leaders au départ de la 105ème édition du Tour de France redoutaient surtout les possibles bordures lors de la première étape en Vendée, ce sont finalement les chutes et problèmes techniques dans les derniers kilomètres qui ont créé pas mal de soucis à plusieurs favoris du classement général, à commencer par Chris Froome himself. La première chute survenue au milieu du peloton à une dizaine de kilomètres de l’arrivée a mis hors-jeu un sprinter comme Arnaud Démare mais a surtout créer une cassure qui a piégé plusieurs coureurs dont Richie Porte, Adam Yates, Pierre Rolland et Pierre Latour. C’est ensuite Egan Bernal qui est tombé tout seul et qui a du entreprendre une course-poursuite en solitaire. Il sera imité peu de temps après par son leader Chris Froome. On pensait que le maillot jaune sortant risquait de se faire pousser dans le ravin par un patriote breton, mais c’est finalement Marcel Kittel qui dans un large virage a fait valser Vroomey dans un champ de blé. Le Britannique s’en est plutôt bien sorti et a rapidement réintégré le groupe Porte-Yates, alors que Nairo Quintana était victime d’une double crevaison peu avant la banderole des -3 kilomètres.  Devant, les sprinters ne se souciaient guère de ces faits de courses et se préparaient à la première grande bagarre. Ce sont finalement les Quick Step qui ont imposé leur puissance, avec Lampaert, Gilbert, Terpstra et Jungels qui dans les deux derniers kilomètres ont imposé un rythme d’enfer qui a fait mal à plusieurs jet-men comme Cavendish et Greipel trop courts pour disputer le sprint, mais aussi Dylan Groenewegen qui, trop esseulé, était très mal placé à 500 mètres de l’arrivée. Fernando Gaviria a ensuite parfaitement terminé le travail en s’imposant assez largement devant Peter Sagan et un Marcel Kittel qui a quelque peu rassuré ses fans sur son état de forme. Le Colombien remporte donc sa première victoire lors de sa première étape sur le Tour, tout en endossant les maillots jaune, vert et le maillot blanc. Pas mal.

Parmi les leaders, ceux qui ont terminé dans le premier groupe sont bizarrement ceux qui risquent de perdre du temps lors du contre-la-montre par équipe de lundi, à l’exception de Geraint Thomas : Nibali, Fuglsang, Majka, Bardet, Barguil, Martin, Zakarin, Uran, Dumoulin, Landa et Valverde font la bonne opération du jour, alors que Froome, Yates, Rolland et Porte perdent 51 secondes et Quintana et Bernal 1’15. Le Tour est donc déjà bien lancé et on s’attend à de nouveaux rebondissements lors de la deuxième étape vendéenne de dimanche.

 

Le bon plan du jour

Avec les deux premières étapes réservées aux grosses cuisses, la présence des sprinters dans les fantateams était primordiale. Fernando Gaviria n’était pas le plus cher ni le plus puissant, mais il peut compter sur une solide équipe et sur un poisson-pilote expérimenté comme Maxi Richeze. Il apprécie aussi les arrivées techniques comme celle de Noirmoutier et il l’a prouvé dès sa première tentative. En prenant également la tête du classement général, du classement à points et des jeunes, il rapporte 360 points en un coup. S’il réédite l’exploit dimanche, il aura passé la barre des 700 points après deux étapes. Un bon plan quasi acté.

Le mauvais plan du tour

C’est encore un peu tôt pour taper sur les sprinters qui n’étaient pas au rendez-vous au premier jour. Par contre, avec les nombreuses cassures dans le peloton et seulement 63 coureurs arrivés dans le même temps du vainqueur, un plan évident de nombreux fantamanagers est tombé à l’eau : celui de prendre des coureurs low-cost des équipes ayant une possibilité de gagner le contre-la-montre par équipe de Cholet, afin de rester, au moins un ou deux jours dans le top-10 du général. C’est pour ça que des coureurs comme Luke Rowe (Sky), Patrick Bevin (BMC), Luke Durbridge, Jack Bauer, Matthew Hayman (Mitchelton-Scott) et Tim Declerq (Quick-Step) sont très présents dans les fantateams alors qu’ils n’auront pas vraiment d’autre rôle que celui de gregario. Et bien tous ces coureurs sont déjà très loin au classement général et quoi qu’il arrive lundi, ils n’apporteront pas de points du classement général. Et si leur leaders restent dans le coup jusqu’au bout, il est très probable qu’ils n’apporteront pas de points du tout…

Comments

Puisqu'il n'y a pas que le

Puisqu'il n'y a pas que le cyclisme dans la vie, voici la stat du jour: en vue de la demi finale du Mondial, les maillots de la France pris par des Fantateams battent les maillots belges 32-21. Bref, il y a quand même 53 équipes qui se la jouent patriote plutôt que "maillot de légende"...