Vuelta et Fantavuelta, les notes

La Vuelta 2018 s’est terminée dimanche dans les rues de Madrid avec la victoire au sprint d’Elia Viviani et le sacre final de Simon Yates. Le sprint de Madrid a également permis à la team Soleilhas 2018 de passer devant la TeamBobo et remportéµer la Fantavuelta. Voici le bulletin des trois semaines espagnoles.

 

10 - Simon Yates

Beaucoup de coureurs auraient eu du mal à se relever après la dramatique défaite que Simon Yates a subi au Giro. Mais le Britannique a su tirer les leçons de son expérience italienne et a géré les trois semaines en Espagne à la perfection pour remporter un premier grand succès sur un tour de trois semaines. Certes, on a un peu l’impression que Simon a gagné la Vuelta par défaut. Il a d’abord obtenu le maillot rouge sans le vouloir, l’a cédé à Jesus Herrada pour ensuite le reprendre pour de bon à Les Praeres. Mais Yates n’a jamais réellement été inquiété par ses adversaires qui tombaient comme des mouches un après l’autre sans que les Mitchelton ne doivent vraiment se mettre au charbon. Mais la victoire finale est plus que mérité et on ne peut que je réjouir de voir un vainqueur inédit sur un grand tour. On peut juste souhaiter à Simon Yates de suivre la voie de son compatriote Froome plutôt que celle de Fabio Aru…

10 – Soleilhas 2018

Gagner une Fantavuelta, c’est magnifique. Gagner une Fantavuelta grâce à la victoire de Viviani dans le sprint de Madrid, c’est encore mieux. Soleilhas 2018 peut savourer cette victoire qui a bien failli lui échapper depuis que Rigoberto Uran avait perdu toute chance de faire un top-5 au général. La team de a_peyrat avait fait la course en tête pendant une bonne partie de la Fantavuelta, mais avait dû céder le fantamaillot rouge à la TeamBobo en troisième semaine. Le miracle de la victoire de Wallays lui avait redonné la leadership, mais pour une courte durée seulement. Grâce à la victoire et la troisième place du classement à points de Viviani, Soleilhas 2018 fait le sprint parfait et remporte sa première grande victoire fantacycliste. Une victoire méritée, car l’équipe était équilibrée et intelligente : deux leaders/grimpeurs comme Yates et Uran, un Imbatido comme Valverde, deux sprinters comme Viviani et Soto et trois baroudeurs, à savoir Wallays, Mate et Anton. Les deux points obtenus par ce dernier lors de l’avant dernière étape pouvaient déjà indiquer que la team Soleilhas 2018 était en état de grâce. Viviani a fait le reste pour clôturer trois semaines de rêve.  

9 – Enric Mas Nicolau

L’Espagne a peut-être trouvé son prochain vainqueur de grand tour, 12 mois après la retraite d’Alberto Contador. Le jeune coureur de 23 ans s’était déjà fait remarquer l’an dernier, en terminant deuxième du Tour de Burgos derrière Mikel Landa, mais ce sont la sixième place au Tour du Pays Basque et la quatrième place au Tour de Suisse cette année qui ont véritablement montré tout le potentiel de la nouvelle pépite de Patrick Lefevere. Sa tenue sur une course de trois semaines restait une inconnue, mais sa montée en puissance dans la dernière semaine de la Vuelta l’ont définitivement propulsé dans le monde des possibles futurs vainqueurs d’un grand tour. Sa deuxième place à Madrid est un petit exploit qui pourrait être le premier d’une grande carrière.

9 – Alejandro Valverde

Le monde fantacycliste se divise en deux catégories : ceux qui prennent El Imbatido à toutes les courses en se disant qu’au pire, ce sera peut-être celle de trop mais qu'en attendant il est qaund même un investissement garanti, et ceux qui pensent savoir que cette fois ce sera celle de trop, et qu’il vaut mieux éviter de tomber dans le piège… Inutile de dire qu’encore une fois, la Fantavuelta a donné raison aux premiers qui ont pu récolter les 2798 points de Valverde et être un cran au-dessus des autres dans la course au fantamaillot rouge. Sa crise dans le Col de Galina qui lui coûte un sixième podium à Madrid et les doutes sur les choix tactiques chez Movistar font évidemment un peu tâche, mais les fantamanagers qui ont encore une fois cru en Valverde s’en foutent un peu, puisqu’à lui seul, il rapporte presque autant que Lopez et Mas réunis…

9 - Ben King

La Vuelta est décidemment la course rêvée des coureurs low-costs. Après Tomasz Marcynski qui avait remporté deux étapes l’an dernier, cette année, c’était au tour de Ben King de récolter la palme du meilleur plan de la Fantavuelta. Pour un million, celui qui n’avait jusque-là récolté que 92 points en 14 fantacourses, a titillé le record du meilleur coefficient en rapportant 543 points grâce notamment à ses deux victoires. Un beau cadeau pour les 4 fantateams qui ont misé sur lui. On notera aussi qu’à part King, de nombreux coureurs low-costs se sont illustrés, à commencer par Luis Angel Mate Mardones (3 millions – 680 points), ou Jelle Wallays, Oscar Rodriguez, Alessandro De Marchi, tous vainqueurs d’une étape, mais aussi Nikita Stalnov, Jhonatan Restrepo ou Sven Erik Bystrom, trois coureurs à 1 million qui ont rapporté 100 points.

8,5 – TeamBobo

Terminer deuxième de la Fantavuelta, c’est beau. Perdre le fantamaillot rouge dans le sprint final, ça fait mal… Avec la bonne combinaison Yates-Valverde, un Thibaut Pinot retrouvé, des bons plans comme Mate, De Marchi et Nizzolo, la TeamBobo avait tout pour gagner. Même Mark Padun avait fait le job en rapportant 80 points. Mais ces 35 millions dépensés pour Richie Porte…

8 – Miguel Angel Lopez

Mine de rien, Superman Lopez monte sur un podium d’un grand tour pour la deuxième fois en 2018. Mais si la troisième place au Giro derrière Froome et Dumoulin était un bel exploit, la troisième place à Madrid face à des adversaires plus modestes, peut laisser planer quelques regrets. Lopez avait un beau coup à jouer, mais a attendu l’avant dernière étape pour réellement faire exploser la course grâce à ses qualités de grimpeur. Si le fait qu’il participait à deux grands tours sur une même saison pour la première fois de sa carrière peut être une excuse valable, dans le futur, il devra surtout s’améliorer au contre-la-montre s’il voudra obtenir un grand titre.

7,5 – No Spain, No Gain

La team de Piticoujou avait comme souvent remporté la prix du nom d’équipe le plus original avant même le départ de la course. Avec la combinaison Yates-Valverde-Lopez, elle obtient une troisième place finale qui fait oublier les mauvais choix qu’ont été les investissements en Richard Carapaz et Andrey Amador…

7,5 – Macho Madness

La team Macho Madness mérite clairement un prix de consolation, car avoir une team avec les trois premiers du général (Yates, Mas, Lopez), plus deux autres coureurs du top-15 (Quintana et Buchmann), plus deux bons plans low-cost (De Plus et Gibbons) et terminer seulement quatrième de la Fantavuelta, c'est râlant. Putain d'Imbatido… Bon, ça tombe bien, car grâce notamment à cette quatrième place, mais aussi à sa victoire au Giro, Randy Savage remporte la Fantaleague 2018 avec une large avance sur tibo et Touz. Bravo!

7 – Thibaut Pinot, Steven Kruijswijk, Michal Kwiatkowski

Pour des raisons différentes, ces trois coureurs rapportent un beau paquet de points qui les placent parmi les bons plan de la Fantavuelta. Pour des raisons différentes, ça fait plaisir de les retrouver là.

6,5 – Peter Sagan, Elia Viviani

Sur papier, le parcours de la Vuelta prévoyait 6-7 étapes pour sprinters. Au final, il n’y a eu que 4 sprints massifs grâce auxquels Elia Viviani et Peter Sagan rapportent respectivement 805 et 820 points. Ce n’est pas exceptionnel, mais c’est toujours mieux que les 0 points de Richie Porte…

6 – Rigoberto Uran, Wilco Kelderman, Emmanuel Buchmann, Ion Izaguirre, Bauke Mollema

Sans entrer dans leurs performances cyclistes qui n’ont pas été exceptionnelles, ces coureurs méritent la moyenne, car bien ou mal, ils ont rapporté un nombre de points correct.

4 – Nairo Quintana

Tout semblait indiquer que NairoMan pouvait rééditer sa victoire sur la Vuelta de 2016, mais le Colombien a une nouvelle fois montré des limites sur le terrain où il était autre fois le dominateur incontesté : la montagne. Depuis le Giro 2017, Quintana cumule les défaites, défaillances et déceptions et on a vraiment l’impression qu’on ne le verra plus lutter pour la victoire dans un grand tour. Sa rétrogradation au rôle (inutile) de grégario de luxe pour Alejandro Valverde est probablement le coup de trop qui risque de le pousser vers une nouvelle expérience dans le futur.

3 – Fabio Aru

Comme pour Quintana, l’énième performance décevante de Fabio Aru n’est pas de bonne augure pour le futur du Chevalier des Quatre Maures. Le Sarde devait sauver sa saison, mais il a petit-à-petit disparu des radars en souffrant dès que la route montait. Celui qui brillait par sa ténacité et son panache n’est plus que l’ombre de lui-même. Nerveux, il s’en prend à son vélo lors d'une chute qui le sort définitivement du top-15; avant de terminer l’étape reine des Pyrénnées dans le gruppetto. Pour 25 fantamillions, il semblait être le bon plan évident, il rapporte 9 points...

2 – Movistar

La note de l’équipe n’est pas la moyenne de celle de ses deux leaders. Car la prestation globale de l’équipe d’Unzué a été catastrophique. A force d’attendre avant de désigner un leader unique, toute l’équipe a dépensé des énergies inutiles et la tactique d’équipe n’avait aucune cohérence. Même lorsque la course semblait avoir indiqué qui était l’homme à protéger, on n’a pas vraiment vu une cohésion et un dévouement total. Résultat, les grand favoris de la Vuelta ne font pas mieux qu’une cinquième et une huitième place au général et encore heureux que Mikel Landa n’était pas la…

 

 

Comentarios

Bein moi je pense que les

Imagen de El Diablo
Bein moi je pense que les championnats du monde d'Innsbruck, ce sera la course de trop pour Valverde... Bon, sinon, bravo aux vainqueurs,merci à l'équipe et une pensée quand même pour Macho Madness qui avait quand même la plus belle combinaison.

Bravo aux vainqueurs pour

Imagen de FURUPU
Bravo aux vainqueurs pour leur clairvoyance (moi j'étais persuadé que Valverde commencerait à fléchir dès Covadonga...). Dommage pour Randy Savage qui a eu raison un poil trop tard et bravo pour cette saison parfaite. Bravo à la team des chroniqueurs pour ces excellentes analyses de chaque course. Et merci à l'équipe d'organisation qui frise la perfection (juste un détail, ma 13ème place devrait rapporter 3 points à la FantaLeague, pas 2). A très vite pour des championnats du monde qui s'annoncent exceptionnels!

Merci Furupu et bravo tu es

Imagen de Alain
Merci Furupu et bravo tu es encore dans les points! Chapeau! J'ai corrigé le script d'attribution des points fantaleague car en effet il y avait un cas de figure problématique. c'est donc mnt corrigé! A très vite pour le FantaMundial... la liste des valeurs sortira ce soir...