Froomey remet les pendules à l’heure

Pendant que Sander Armee remportait sa première victoire sur un grand tour, les rebondissements dans la lutte pour le classement général se sont poursuivis sur la Vuelta. Contador a attaqué, Aru aussi. Les Sky ont repris en main la course et réussissent à reprendre 21 secondes à Vincenzo Nibali, victime d’une petite défaillance dans le dernier kilomètre.

L’autre info du jour, c’est que la victoire d’étape de la Fantavuelta est revenue à Pigot et que Furupu prend un petit point à ses adversaires Cachef et Eddy Breckx grâce à la quinzième place de Stephane Rossetto. 

La 18ème étape de la Vuelta était une typique étape de troisième semaine de grand tour. Avec un parcours accidenté, idéal pour les attaquants, l’échappée matinale a mis du temps à se former et c’est finalement un groupe de 20 coureurs qui a réussi à s’extraire du peloton pour rapidement compter plus de 12 minutes d’avance. On y trouvaient de nombreux coureurs inoffensifs au classement général, dont les habituels baroudeurs de cette Vuelta comme Alaphilippe, Rojas, De Marchi, Trentin, Lutsenko, Soler ou Sander Armée. C’est finalement ce dernier qui a été le plus costaud et qui s’impose de manière méritée sur l’arrivée de Santo Toribio de Liébana. Loin derrière, les leaders du général ont tenté de profiter des dernières difficultés pour gagner des secondes sur leurs adversaires. A commencer évidemment par Alberto Contador qui s’est souvenu de ses exploits lors de l’étape de Fuente Dé en 2012 en passant sur la montée de la Collada de la Hoz. Mais El Pistolero n’a pas réussi cette fois à piéger ses adversaires. Il retentera vendredi et samedi, cela ne fait aucun doute. Dans cette Vuelta complètement folle, tout le monde en profite pour se faire plaisir et offrir du spectacle à ses fans. Fabio Aru, qui n’a jamais caché son admiration pour Contador, a ainsi attaqué en solitaire à 20 kilomètres de l’arrivée. Il a compté jusqu’à 1’30 d’avance sur le groupe maillot rouge, mais s’écroule un peu sur la fin pour finalement ne grapiller que quelques secondes aux autres leaders.  Quant à Chris Froome, on pensait qu’il allait subir les attaques de ses adversaire après avoir montré des signes de faiblesses la veille, mais parfaitement entouré de ses coéquipiers, Froomey a finalement réussi à mettre en difficulté Vincenzo Nibali dans le dernier kilomètre de l’ultime ascension. Le Requin de Messine perd la moitié du temps qu’il avait récupéré la veille sur Los Machucos et les rêves de remuntada s’éloignent quelque peu.

A la Fantavuelta, l’équipe Pijot rompt l’hégémonie du trio de tête en remportant l’étape grâce à une équipe avec de multiples flèches comme Rojas, De Marchi, Alaphilippe, Froome, Lopez et Nibali. Furupu prend la deuxième place en solitaire en marquant un point de plus qu’Eddy Breckx et Cachef grâce à la quinzième place de Stephane Rossetto. Un point qui pourrait compter beaucoup, puisque Furupu réussi pour la première fois depuis le début de la Vuelta de prendre une petite longueur d’avance sur son compère Eddy Breckx. Cependant, cela ne suffit pas vraiment à inquiéter le leader du général Cachef qui maintient une avance confortable grâce aux points rapportés par Pavel Poljanski.

 

Le bon plan du jour

Sander Armee n’avait pas vraiment beaucoup d’arguments pour convaincre les fantamanagers de miser sur lui lors de la création des équipes. Pour 15 millions, il y avait des noms bien plus prestigieux et il faut dire que les résultats du Belge sur les grand tours dans le passé n’étaient pas vraiment encourageants. Mais Armee est en forme sur cette Vuelta. Souvent à l’attaque, il avait déjà frôlé l’exploit lors de la 11ème étape et pointe à un honorable 21ème place au classement général. Son butin est actuellement de 230 points. Rien d’exceptionnel, mais malgré tout plus que d’autres coureurs au prix similaire comme Fraile, Poels, De Gendt, Soler ou Geniez.

 

Le mauvais plan du tour

On a tellement peu entendu parler de lui qu’on avait oublié qu’Emmanuel Buchmann était présent sur les routes espagnoles. Après un Tour de France en dessous des attentes, on pouvait difficilement espérer que l’espoir allemand aille lutter pour le classement général. Mais une Vuelta de baroudeur était envisageable, ce qui avait poussé quatre fantateams à dépenser 25 millions pour s’offrir les services du coureur de la Bora. Mais pour l’instant, Buchmann n’a rapporté que 8 petits points et rien n’indique qu’il pourra inverser la tendance dans les trois dernières étapes. 

Commentaires

Pages