Histor-Sigma, du noir-jaune-rouge et quelques autres couleurs

Un des maillots vintage à remporter avec le Fantaclassics 2017 est le maillot de l'équipe Histor-Sigma de 1991. Une équipe belge qui en quelques années de présence dans le peloton, a réussi à laisser une petite trace colorée dans l'Histoire de la petite reine.

L'équipe cycliste Histor-Sigma est difficilement comparable aux autres grandes écuries qui ont dominé les courses cyclistes dans la deuxième moitié des années '80 comme Carrera, PDM, Panasonic, Système U, Ariostea, Toshiba ou 7 Eleven. Mais le souvenir de ce maillot multicolore reste malgré tout présent dans les esprits de ceux qui ont vécu cette époque. Peut-être aussi parce qu'on a tous un jour repeint le salon et hésité entre l'achat d'un pot de peinture Histor, Sigma ou celui d'une autre marque. Ce qui à première vue peut sembler à un sponsoring inédit de deux marques concurrentes, ne l'est pas puisque Histor et Sigma appartiennent au même groupe industriel et se sont associées pendant une courte période pour une aventure cycliste finalement pas si anodine que ça.

En effet, l'équipe Histor-Sigma a joué un rôle relativement important dans le cyclisme de la deuxième moitié des années '80, ne fut-ce que dans les classiques et les courses d'un jour.

L'équipe cycliste Sigma est créée en 1986 sous l'impulsion de Willy Teirlinck. Bien avant les expériences footballistiques du joueur-entraîneur du Chelsea de Gullit ou Vialli, Teirlinck invente le concept du coureur-manager. Ancien équipier de Lucien Van Impe chez Gitane-Campagnolo, Teirlinck possède un palmarès respectable avec un titre de champion de Belgique, quelques victoires d'étape sur le Tour et de nombreuses places d'honneur dans les classiques flandriennes et ardennaises. Pour finir sa carrière, il décide de créer une équipe rien que pour lui, dont il sera le manager et le coureur principal. L'année suivante, son ancien leader Lucien Van Impe rejoint l'équipe et y vient également terminer sa carrière en toute tranquillité. Mais ce sont surtout les arrivées d'Etienne De Wilde et de Wilfried Peeters qui font basculer l'équipe d'une compagnie de préretraités à une formation capable de lutter pour la victoire dans des courses majeures. En effet, l'ancien pistard De Wilde remporte en le GP de l'Escaut et termine deuxième de Gand-Wevelgem dès sa première année. La saison suivante, il devient champion de Belgique et pousse les dirigeants à investir dans des coureurs de classiques. En 1989, le sponsor Histor est associé à Sigma et la formation essaie de passer un cap en engageant des coureurs comme le danois Soren Litholt, le français Luc Leblanc, l'allemand Andreas Kappes ou les belges Benjamin Van Itterbeek et Herman Frison. Ce dernier frôle d'ailleurs la victoire au Tour de Flandres en 1989, mais doit se contenter de la deuxième place derrière Edwig Van Hoydonck . Quelques semaines plus tôt De Wilde avait remporté le Het Volk lors du week-end d'ouverture des classiques flandriennes. La formation Histor-Sigma commence à peser sérieusement sur les courses du Nord. Surtout sur les courses mineures autour de Nokere, dans le Houtland ou le Waasland, mais aussi les classiques plus importantes. En 1990, Frison offre la plus belle victoire à l'équipe en remportant Gand-Wevelgem, alors que Lintholt s'impose sur le GP de l'E3.

Malgré les exploits de Frison dans le Nord, Etienne De Wilde reste l'homme-phare de l'équipe. Ses qualités de sprinter lui permettent de remporter plusieurs courses tout en étant un des grands spécialistes de la piste et des courses de six jours en particulier. Entre 1989 et 1991 il remporte aussi plusieurs étapes de petits et grands tours, dont deux étape au Tour de France. Mais si la formation de Teirlinck excelle sur les routes flamandes et les étapes pour sprinters, elle a du mal à franchir réellement le cap international. Les tentatives d'engager des grimpeurs ou coureurs de grands tours se soldent par des échecs cuisants. Luc Leblanc passe une saison anonyme chez les peintres, alors que Stephan Roche, engagé en 1990, ne fait guère mieux. Du coup, les sponsors ne voient plus vraiment d'intérêt à investir dans une équipe dont les succès ne dépassent pas les frontières nationales et décident d'arrêter les frais au terme de la saison 1991. Avec quelques regrets évidemment, car cette dernière saison avait vu les maillots multicolores s'imposer au Het Volk avec Andreas Kappes et sur Paris-Bruxelles avec le danois Brian Holm Sorensen.

L'aventure de la formation Histor-Sigma fut donc de courte durée mais marquée par des succès importants. Willy Teirlinck continuera son travail de manager dans l'équipe Collstrop en essayant de trouver les nouvelles étoiles des courses flandriennes, sans toutefois parvenir réellement à rééditer les succès obtenus entre 1986 et 1991.

Commentaires

Pages