Paris-Roubaix, les notes

Greg Van Avermaet tient enfin sa première victoire dans une classique monument. Le Belge s’est en effet imposé devant Zdenek Stybar et Sebastian Langeveld au terme d’une course très tactique mais intense et indécise jusqu’au bout. Le héros du jour Tom Boonen rate un peu son au revoir en terminant 13ème alors que Sagan a été le malchanceux du jour et termine très loin. Au Fantaclassics, c’est la team Tormenta qui s’impose devant Bjorn Borg et Jakdesclassics 2017. Voici le bulletin du jour.

10 – Greg Van Avermaet

Que dire de la campagne de classiques du champion olympique ? Il a simplement été parfait. Avec 50 secondes de retard à l’entrée de la Tranchée d’Aremberg à cause d’un problème mécanique et d’une chute, on pensait que la course de GVA était finie. Mais il est revenu, c’est replacé et a réalisé une course tactiquement parfaite. Pendant que Sagan roulait des mécaniques, que Boonen calculait, que Degenkolb marquait le leader des Quick Step, Van Avermaet s’en allait avec les hommes qui pouvaient l’emmener vers la victoire. Après le Nieuwsblad, le E3, Gand-Wevelgem, il remporte son premier monument à Roubaix. Il devient aussi le premier coureur à passer la barre des 300 points au Fantaclassics de printemps. Monumental !

10 – Tom Boonen

Un dix pour sa carrière, ses victoires, son état d’esprit. Bonne retraite Tommeke !

9 – Tormenta

Une belle victoire pour la team allemande Tormenta qui s’impose avec 186 points obtenus avec Van Avermaet, Stybar, Stuyven et Degenkolb. Le top-10 reste loin, mais avec une team assez « ardennaise » ça pourrait bien se terminer pour Tormenta.

8.5 – Zdenek Stybar

Le Tchèque est très vite le denier équipier à accompagner Boonen mais se retrouve devant presque par hasard. Erreur tactique ou pas ? Si c’était «tous pour le leader», il fallait peut-être rester près de lui ? Toujours est-il que Stybar ne profite pas de la situation et ne réussit pas à s’imposer au sprint. Cependant, mine de rien, il rapport déjà 90 points au Fantaclassics et parmi les coureurs dans sa catégorie de prix, il a un des meilleurs rapports.

8 – Sebastian Langeveld

Le retour gagnant, c’est celui de Sebastian Langeveld. Après deux ans de vaches maigres, le Néerlandais profite de l’absence de Vanmarcke et revient au plus niveau en se lançant dans le bon coup tout en restant accroché à Van Avermaet et Stybar dans les derniers secteurs pavés. Pour 4 fantamillions, ça valait la peine d’y penser, mais personne ne l’a fait. Dommage.

8 – Daniel Oss

Greg Van Avermaet peut remercier son équipier, car la victoire, il la doit en grande partie à l’exceptionnel travail de Daniel Oss. En éclaireur pendant une bonne partie des derniers 80 kilomètres, Oss a ensuite été décisif lorsque le groupe d’attaquants s’est formé. Seuls contre un groupe de 30 unités, il a creusé l’écart en offrant 20 secondes supplémentaires à son leader, ce qui a finalement été décisif. Il termine 21ème et ne rapporte aucun point au Fantaclassics, ce qui a dû en fruster quelques uns... Il faudra bien qu'un jour il décide d’aller jouer les premiers rôles dans une autre équipe.

7,5 – Jasper Stuyven et Gianni Moscon

Les deux jeunes coureurs peuvent être contents de leur top-5 à Roubaix. Les fantamanagers qui avaient misé sur eux aussi, puisque jusqu’à samedi, ils avaient peut-être rapporté moins de points que prévu. Stuyven et Moscon ont fait une course d’attaque. Ca leur leur a couté de l'énergie qui leur a manqué dans le final pour suivre Van Avermaet, Stybar et Langeveld. Ils sont jeunes, ils ont du panache et ils apprendront à moins travailler inutilement pour les autres lorsqu’il y a moyen de jouer la gagne. Leur remonté dans le vélodrome a en plus ajouté du suspens au final de la course. Bravo les jeunes.

7 - Bjorn Borg

Avec Van Avermaet, Stuyven, Moscon, Theuns et Degenkolb, le tennisman du fantapeloton place 5 hommes dans le top-10 et s’offre une belle deuxième place. Quelques regrets quand même, puisque Lars Boom, Jens Keukeleire et Tony Martin étaient trois autres balles que Bjorn n’a pas pu smasher.

6,5 – Jakdesclassics 2017

Parmi les équipes du top-10 du général, Jakdesclassics 2017 réalise la meilleure opération en prenant la troisième place du jour avec 156 points. Il remonte à la sixième place du général, mais espérait probablement plus d’un Degenkolb qui constituait son atout majeur.

6 – Peter Sagan

Difficile de donner moins que la moyenne au champion du monde. Il était fort, il a attaqué à plusieurs reprises en surprenant ses adversaires, mais a été victime à à chaque fois d’ennuis mécaniques qui l’ont finalement achevé, notamment lorsqu’il était dans le bon coup avec Stybar et Langeveld. Cette année ne veut simplement pas sourire à Peter Sagan.

5 – Tom Boonen

Un cinq pour sa course. La course qu’il voulait absolument gagner. Boonen était un des plus forts sur les pavés, mais il a finalement toujours subi la course des autres. Laisser partir des coureurs comme Sagan et Van Avermaet même s’il avait un équipier devant, a été une erreur qui lui a couté très cher. Il faut dire que l’armada Quick Step qui devait soutenir son leader jusqu’à la mort s’est très vite désintégrée suite aux chutes de Terpstra et Lampaert, ce qui n’a pas facilité les choses. Finalement, un peu comme dans les classiques précédentes, Boonen a été plus spectateur qu’acteur de sa dernière campagne.

4,5 – John Degenkolb

Marquer Tom Boonen pendant toute la course (jusqu’au sprint pour la sixième place !) était un choix qui s’est finalement avéré être le mauvais. Les Trek et Degenkolb étaient parmi les plus forts, ils placent 3 hommes dans le top-10, mais pas vraiment aux meilleures places.

4 – Alexandr Kristoff

Le Norvégien confirme que Paris-Roubaix est la classique qui lui convient le moins. Parmi les grands leaders, il est le seul qui est absent des débats, malgré le fait que son équipe travaille pour durcir la course avant Aremberg. Il termine la campagne des classiques avec 78 points au compteur. Son moins bon score depuis 2013.

Commentaires

On a assisté à un magnifique

On a assisté à un magnifique Paris-Roubaix, je trouve. Très peu de temps morts et autant d'intensité, la reine des Classiques a une fois de plus mérité son titre. J'aurais juste inversé Stybar et Stuyven, pour la bonne et simple raison que Jasper a été étincelant de bout en bout. Il ne lui a pas manqué grand chose pour accrocher une place méritée sur le podium. Stybar, en fin de contrat, a, pour moi, servi ses intérêts propres plutôt que ceux d'un brulant Tomeke. Moscon sauve brillament l'honneur des Sky inexistant, putain de talent Gianni !

Pages