Les favoris pour la Flèche Brabançonne

Dans le Brabant, vous n'êtes déjà plus en Flandre, mais vous n'êtes pas encore dans les Ardennes non plus. C'est l'endroit parfait pour une course de transition entre les deux grands volets de la saison des classiques. 

Concrètement, pour cette Flèche brabançonne, cela signifie qu'on peut dire au revoir aux pavés, mais que les difficultés sont encore modestes par rapport à celles des 3 courses ardennaises qui vont suivre. En fait, c'est plutôt l'addition des bosses (27 répertoriées au parcours) qui fait le charme de la course, et qui permet aux audacieux de faire la différence.

Le palmarès récent de la Flèche brabançonne n'est pas inintéressant : il renseigne des puncheurs de renom comme Sagan (2013) ou Gilbert (2014), mais aussi un sprinter qui passe bien les bosses comme Colbrelli, qui l'an dernier avait réglé un groupe de costauds dans lequel on trouvait notamment Benoot et Wellens.

Ces deux derniers font figure de favoris logiques de cette édition, qui a malheureusement été un peu boudée par les équipes du World Tour, dont seulement 7 prendront le départ.

Le top 10 :

  Tiesj Benoot

Le Gantois semble avoir pris une autre dimension cette année : il est tellement costaud qu'on ne serait pas du tout surpris de le voir jouer un rôle majeur dans les ardennaises, notamment à l'Amstel. Même en mode rodage, il va clairement viser la victoire à Overijse, sur un parcours qui lui convient bien (il avait d’ailleurs fini 3e l'an dernier). De plus, il arrive frais sur cette Flèche, après avoir l'impasse sur Roubaix.   

 Tim Wellens

L'autre favori naturel de la course, qui semble lui aussi avoir franchi un pallier cette année :  vainqueur de la Ruta del Sol (en gagnant devant Landa et Fuglsang l'étape de moyenne montagne), 5e de Paris-Nice (en remportant au passage le classement par points), il a fait des ardennaises le principal objectif de sa saison. Son duel avec Benoot promet des étincelles.     

 Dylan Teuns

Encore un jeune Belge aux dents longues qui vient se jauger avant des ardennaises pour lesquelles il peut afficher de belles ambitions. En effet, il a fait des top 10 dans toutes les étapes de montagne de Paris-Nice, avant de s'adjuger une belle 6e place au général. Une lueur d'espoir pour la BMC dans cette saison des classiques, après le bide retentissant de GVA sur les flandriennes.  

  Sonny Colbrelli

Sa victoire à la Flèche brabançonne a constitué le point d'orgue de sa saison 2017, et c'est pour récidiver qu'il revient sur les lieux du crime. Sprinter complet qui ne craint pas le relief (il avait aussi terminé dans le top 10 à l'Amstel l'an dernier), son plan sera à nouveau de s'accrocher un maximum à la roue des puncheurs, avec l'espoir de les déposer sur la ligne.    

  Bob Jungels

Malgré son parcours exceptionnel l'an dernier (8e au général et meilleur jeune), Jungels ne roulera pas le Giro cette année-ci, afin de se concentrer sur le Tour de France. Cela lui laisse la latitude de courir sérieusement les Ardennaises. Son pedigree fait de lui un outsider crédible pour cette Flèche.

  Roman Kreuziger

Le baroudeur tchèque présente des références solides sur les ardennaises, dont une victoire (il est vrai déjà largement oubliée) à l'Amstel en 2013. De quoi en tout cas entretenir des ambitions sur cette Flèche au plateau assez peu relevé.

  Warren Barguil

L'explosif et fantasque grimpeur français vient logiquement tenter sa chance sur la séquence Flèche wallonne – LBL. Son état de forme est incertain, tout comme sa motivation pour la semi-classique brabançonne ; mais dans un bon jour il est incontestablement un vainqueur en puissance à Overijse.

 Enrico Gasparotto

A 36 ans, le puncheur italien avale ses derniers kilomètres. Vainqueur de 2 Amstel (tout de même), dont la dernière pas plus tard qu'en 2016, il peut chercher une sortie en beauté sur ce type de courses un peu moins relevées que les 3 ardennaises qui vont suivre.

Carlos Verona

Le jeune espoir espagnol (25 ans) fait ses grands débuts sur les classiques ardennaises. Ces deux dernières semaines, il a terminé 2e du GP Miguel Indurain (une course de référence en Espagne) avant de gagner le maillot de meilleur grimpeur du Tour du Pays basque. Un talent à suivre.

 Christopher Juul-Jensen

Le Danois était dans l'échappée victorieuse sur cette Flèche l'année dernière, où il accrocha par ailleurs également un top 10 sur les Strade. On s'étonne donc que Mitchelton-Scott – qui n'a quand même pas fait des flammes en ce printemps 2018 – ne lui ait pas donné davantage sa chance dans la première partie de saison. Un outsider intéressant.

 

Commentaires