PDM, le vélo en cassettes

Un des maillots à gagner lors du Fantagiro 2016 est celui de l’équipe PDM. C’est un des maillots les plus populaires parmi ceux utilisés par les fantacyclistes et porté régulièrement au cours des compétitions. Une équipe qui doit peut-être sa renommée plus à son maillot très classe qu’à ses succès de prestige sur les routes, mais qui a quand même joué un rôle majeur dans la deuxième moitié des années ’80. Retour sur l’histoire d’une équipe et d’un maillot qui a fortement marqué les mémoires des passionnés du vélo.

Nous sommes en plein milieu des années ’80. Le monde du vélo se passionne pour les duels entre Bernard Hinault et Greg Lemond, entre Giuseppe Saronni et Francesco Moser, entre Eddy Planckaert et Eric Vanderarden. Au delà du cyclisme, ce sont les dernières années de la guerre froide, mais aussi une période de formidables avancées technologiques. La télévision couleur devient un compagnon incontournable de chaque ménage; le lecteur vidéo fait son apparition dans les maisons et les chaines hifi remplacent lentement les tourne-disques, alors que le walk-man devient un objet de plus en plus populaire auprès de la jeunesse occidentale. Le marché à conquérir est énorme pour les sociétés du secteur et le premier outil pour y parvenir est la publicité et le sponsoring. A l’époque, les retransmissions des matchs de football européen sont rares et les chaines de télévision payantes retransmettant le championnat national n’en sont qu’à un stade embryonnaire. Le cyclisme est encore un des meilleurs moyens pour toucher le grand public européen et nord-américain et c’est pour cela que les grandes marques comme Panasonic, Hitachi ou Toshiba font leur entrée dans le sponsoring des équipes cyclistes. C’est aussi le cas pour la société Phillips DuPont Magnetics, une joint venture des groupes Phillips et DuPont, spécialisée dans la fabrication de cassettes audio et vidéo. Ceux qui ont 40 ans ou plus le savent bien. Qui n’a pas eu une cassette PDM avec le dernier album fétiche qui tournait en boucle dans le walk-man ? Ceux qui ont moins de 30 ans ne le savent peut-être pas, mais à l’époque, la musique et les films ne se consomment pas encore sur un support digital. Pas de mp3, mp4, iPod, de partage de fichiers. Non, le piratage musical de l’époque se fait en copiant des albums sur des cassettes vierges. Des cassette vierges fabriquées notamment par le groupe PDM.

C’est ainsi que nait en 1986 l’équipe cycliste néerlandaise PDM. Une équipe qui deviendra mythique, notamment grâce à son maillot aux trois bandes rouge-vert-bleu qui ne changera presque pas au cours de ses sept années d’existence. L’équipe est crée par les managers Jan Gisbers et Rob Schuiten. Dès la première année, elle engage des coureurs néerlandais talentueux comme Steven Rooks ou Gerry Knetemann, mais aussi des jeunes espoirs étrangers comme Pedro Delgado. Rooks ne tarde d’ailleurs pas à offrir la première grande victoire à l’équipe, avec son succès sur l’Amstel Gold Race devant l’alors champion du monde, Joop Zoetemelk.

Les spécialistes reconnaîtront le style peu orthodoxe de Joop Zoetemelk

Les bases de la création d’une des plus fortes équipes du peloton sont posées. L’année suivante le héros du cyclocross national Adrie van der Poel et le grimpeur le moins beau de l’histoire du cyclisme, Gert-Jan Theunisse, sont engagés pour renforcer l’équipe et accumuler les victoires. Celles-ci se succèdent et permettent notamment à Steven Rooks de terminer à la deuxième place du Tour de France après avoir remporté l’étape de l’Alpe d’Huez devant son équipier Theunisse. C’est l’année de la victoire au Tour de Pedro Delgado, parti un an plus tôt pour rejoindre la formation Reynolds. Une victoire entachée par un contrôle positif à une substance masquant l’usage de stéroïdes anabolisants mais non inscrite comme produit dopant sur les listes de l’UCI. Delgado remporte le Tour et Rooks doit se contenter de la deuxième place.

La musique qui accompagne le résumé. Tellement eighties!

L’année 1989 est probablement la plus belle saison de l’équipe PDM. Fraichement arrivé, Sean Kelly remporte Liège-Bastogne-Liège succédant ainsi à son équipiers van der Poel. Lors du Tour de France, c’est une véritable armada qui prend le départ du prologue de Luxembourg. Oui le fameux prologue où Delgado, toujours lui, se pointe au départ avec deux minutes de retard. Le Tour ‘89 est celui des 8 secondes entre Greg Lemond et Laurent Fignon. Tout le monde s’en souvient, mais on oublie souvent que la Grande Boucle de cette année fut aussi marquée par les exceptionnelles performances de l’équipe PDM. C’est peut-être les victoires lors d’un des tours les plus suivis de l’histoire, qui ont contribué à forger la légende de la formation néerlandaise. On se souvient de la victoire de Raùl Alcalà, le plus grand coureur cycliste mexicain de l’histoire, sur le circuit de Francorchamps lors de la troisième étape. On se souvient de la victoire de l’irlandais Martin Earley à Pau ou de Rooks lors du contre-la-montre en côte de Gap. On se souvient surtout de la victoire de Theunisse sur l’Alpe d’Huez, la dernière d’un coureur batave dans « montée des hollandais ». La team PDM réussit cette année-là le formidable exploit de remporter le classement par équipe en plaçant quatre coureurs dans le top-10 du classement final : Theunisse (quatrième et meilleur grimpeur), Rooks (7ème), Alcalà (8ème) et Kelly (9ème). Mais encore une fois, c’est un coureur ayant quitté l’équipe l’année précédente qui remporte le Tour. En effet, Greg Lemond avait passé l’année 1988 chez PDM, une année marquée par sa convalescence suite à son accident de chasse et au cours de laquelle l’américain n’avait presque pas couru. On raconte d’ailleurs que Lemond, un partisan du cyclisme propre, quitta la formation après avoir découvert les pratiques de dopage organisé en son sein.

Car l’équipe PDM est aussi connue pour la fameuse affaire du Tour 1991. Un Tour au cours duquel toute l’équipe abandonna pour cause de maladie entre la 9ème et la 10ème étape. Officiellement à cause d’une intoxication alimentaire qui frappa les neuf coureurs, dont le grand espoir du cyclisme néerlandais, Erik Breukink. L’affaire PDM fit beaucoup de bruit, car personne ne cru la version officielle qui changea d’ailleurs de jour en jour. La direction avoua quelques semaines plus tard que l’abandon groupé était dû à l’utilisation d’Intralipides périmés, mais on estime aujourd’hui, sans réelle preuves, que ce furent des injections massives d’EPO, dont les effets étaient assez inconnus à l’époque, qui envoyèrent toute l’équipe au tapis au lieu de la faire voler. L’abandon groupé de l’équipe avait suscité beaucoup de soupçons et l’existence d’un dopage organisé au sein de la formation de Gisbers semblait évidente. Cela fut d’ailleurs confirmé en 2013 par un journal néerlandais qui publia les notes du médecin de l’équipe confirmant que sept des neuf coureurs du Tour 1988 étaient dopés. Ah, on oubliait, ce fut aussi cette année-là que Theunisse fut testé positif à la testostérone lors du Tour de France et « sévèrement » puni avec une pénalisation de 10 minutes au classement général… Une autre époque !

Finalement, cette affaire mit fin aux rêves de victoire de maillot jaune des dirigeants néerlandais. Rooks et Theunisse furent les derniers coureurs néerlandais à être réellement craints par leurs adversaires. Après, de Breukink à Gesink, en passant par Boogerd et Mollema, les coureurs des Pays-Bas n’ont plus jamais réellement pu rivaliser avec l’élite mondiale. La pression n'en est que plus grande pour Tom Dumoulin, le nouvel enfant prodige du pays des tulipes.

L’affaire PDM fit beaucoup de mauvaise publicité et les dirigeants du groupe décidèrent d’abandonner le cyclisme en 1992, malgré deux dernières bonnes saisons, marquées notamment par les six victoires d’étape sur la Vuelta de Jean-Paul Van Poppel. Mais le mal était fait, et surtout, le CD s’imposa lentement comme une valide alternative à la cassette audio, alors que l’arrivée du DVD allait très vite envoyer les VHS PDM dans une boite cachée au fond du grenier. Mais avec ou sans cassettes, le peloton continua sa progression infernale vers les années EPO. Jan Gisbers se basa d’ailleurs sur la structure de l’équipe PDM pour créer une nouvelle équipe dès 1993. L’équipe Festina… Mais ça c’est une autre histoire.

Commentaires

J'avoue... moi aussi je

Portrait de piticoujou
J'avoue... moi aussi je copiais des trucs sur des K7 PDM. Et j'admirais Theunisse et Rooks (moins que LeMond, certes - et en mauvais patriote, je n'ai jamais trop aimé Fignon) sans me douter qu'ils étaient 'chargés' à ce point - ah, adolescence insouciante... Merci, bel article, mais maintenant on veut la suite de l'histoire... Festina !! ;-) Pour rebondir sur le Tour '89, c'est un français, Vincent Barteau, qui avait gagné à Marseille l'étape du 'bicentenaire' (de la révolution française, le 14 juillet). Savoureuses anecdotes de Vincent Barteau, notamment concernant le Tour '84, via ce lien: http://tourdefrance.blog.lemonde.fr/2013/07/14/etape-15-que-tu-gagnes-le-11-le-12-le-13-ou-le-14-juillet/ Et pour finir avec ce billet qui, comme vous le constatez, m'a bien interpellé, la musique lourdingue sur le second extrait vidéo est signée John Tesh (https://en.wikipedia.org/wiki/John_Tesh), qui a notamment commis cet 'atroce', ou, soyons magnanimes, ce 'daté' Music for Sports Tour de France 1990: https://www.youtube.com/watch?v=BiuhhOKgIXU . Une perle ;-))

magnifique :)

Portrait de Alain
magnifique :) bon rien à voir, mais je me rappelle de la cassette BASF de "20 ans de coupe du monde", aussi classe nivo son

Pages