Andiamo, Andiamo Caleb !

Caleb Ewan a remporté sa première étape au Giro en s’imposant au sprint devant Fernando Gaviria et Sam Bennet. Pas de changements au classement général puisque les leaders ont préféré garder leurs forces pour le week-end qui s’annonce difficile. Au Fantagiro, c’est Andiamo Wieler qui obtient sont deuxième succès consécutif devant Premio et Vino for Ever 2.

Le sprint massif annoncé a bien eu lieu dans la ville des trulli, ces huttes blanches tellement caractéristiques du centre des Pouilles. En effet, malgré un final nerveux et propice aux tentatives d’attaques, le peloton est arrivé à Alberobello groupé avec les jet-men prêts à en découdre. Pour la première fois depuis le départ du Giro, les Orica-Scott ont fait un travail parfait pour lancer leur sprinter de poche Caleb Ewan. Etant parti au bon moment, l’Australien a profité d’un final marqué par plusieurs courbes, qui ont notamment compliqué la vie à Fernando Gaviria, revenu comme un boulet de canon et échouant à une demi-roue de la victoire. Sam Bennet termine troisième du jour devant André Greipel et Jasper Stuyven. Les sprinters pourront maintenant se reposer, car les prochains jours ne devraient pas vraiment leur convenir. S’ils sont encore là, ils devraient à nouveau être à la fête jeudi et vendredi prochain pour les deux dernières étapes de plat de ce Giro100.

A moins qu’ils aient les capacités de briller sur tous les terrains, comme la fantateam en forme du moment Andiamo Wilier. Après la victoire d’étape de jeudi grâce à la belle trouvaille Silain Dilier, Wieler s’impose une nouvelle fois en lançant ses flèches Ewan et Gaviria, accompagnées de Jungels et Yates, le premier et troisième du général. Sachant qu’il a aussi Steven Kruijswijk et Tejay Van Garderen sous le coude, il faudra encore se méfier d’Andiamo Wieler dans les prochains jours, notamment en cas de défaillance de Quintana ou Nibali. Le même discours vaut pour son dauphin du jour Premio qui a pu compter sur les paires Ewan-Gaviria et Jungels-Dumoulin. Quant à Vino for Ever 2, on voit que le roi du sprint commence à sentir la fatigue dans les jambes et malgré le top-4 du jour, il ne prend que la troisième place de la fantaétape.

Samedi, les puncheurs devraient théoriquement être à la fête avec l’arrivée en côte à Peschici, mais on n’est pas certain qu’il y ait vraiment des puncheurs dans le peloton. Une belle échappée avec plusieurs équipes représentées aurait des chances d’aller au bout, car les leaders se garderont surement des forces pour la terrible montée du Blockhaus de dimanche.

Le bon plan du jour

Mine de rien, à force de sprinter derrière les sprinters, Enrico Battaglin est en train de récolter un beau petit pactole. Les 15 fantamanagers qui ont dépensé 3 millions pour le coureur italien de Lotto Jumbo NL espéraient surement le voir briller dans les étapes pour puncheurs ou dans l’une ou l’autre échappée en moyenne montagne. Mais vu l’absence d’hommes rapides dans son équipe, Battaglin a décidé de se lancer dans tous les sprints massifs de ce début de Giro. Bien qu’il soit en dessous des autres rois de la vitesse, il a obtenu son quatrième résultat utile et compte déjà 77 points dans sa besace.

Le mauvais plan du tour

Maintenant que les étapes pour sprinters se feront de plus en plus rares, on peut commencer à tirer les premiers bilans concernant les jet-men de ce Giro. Si la plupart des sprinters ont plus ou moins réussi à sortir leur épingle du jeu, il y en a un dont le score reste vierge. Normal, il n’est pas venu au Giro pour sprinter. Il s’agit de Daniele Bennati qui coûtait 25 millions et qui a été appelé en dernière minute pour faire le capitaine de route chez Movistar. Deux fantateams étaient visiblement mal informées et ont dépensé une belle somme pour rien.

Commentaires

Pages