Kessiakoff et Viviani remportent la bataille de Nervesa

Une 13e étape de transition et l’occasion pour les sprinteurs de faire valoir leurs accessits, alors que les candidats du général et autres baroudeurs-grimpeurs se ménagent en vue de la montagne à venir.

Dès le début de cette 13e étape, 5 beautiful losers, comptant sans surprise des représentants d’équipes continentales italiennes, ont reçu leur ticket pour se partager les sprints intermédiaires: Markel Irizar (Trek-Segafredo), Marco Marcato (UAE Team Emirates), Andrea Vendrame (Androni Gioccatoli-Sidermec), Alessandro Tonelli (Bardiani CSF) et Eugert Zhupa (Wilier Triestina-Selle Italia)

Le peloton a profité du beau temps retrouvé, sous l’impulsion cette fois conjointe d’équipes de sprinteurs, Quicksteps se voyant accompagnée par BORA, Jumbo, Drapac, et Katusha. Voyons-y le signe que le sprint semble désormais plus ouvert que jamais suite aux récentes déconvenues de Viviani... lequel grappille d’ailleurs quelques points aux intermédiaires, quitte à flirter avec les barrières...

A la mi-course une bosse de quelques 21 kms ont presque donné des idées offensives à certains, mais non... décidément face des trains pareils, mieux vaut mettre le réveil à 10 kms de l’arrivée...

C’est finalement à 6 kms de la ligne que nos 5 fugitivi se font avaler par un peloton lancé à tout barzinc, puis à la flamme rouge qu’un surprenant Coledan montrera le maillot Triestina sur près de 600 mètres...

Modolo sera le premier à dégainer mais Viviani bien dressé sur ses pédales s’offrira la meilleure trajectoire dans le dernier virage à 200 mètres de la ligne et une 3e victoire aux allures de mission accomplie. Bennett, un peu enfermé, n’aura pas cette chance et son effort pourtant impressionnant ne lui offrira qu’une 2e place... dommage le maillot cyclamen était à sa portée. Le podium est complété par Danny Van Poppel, qui à défaut d’être sexy devient rentable.

Loin des caméras, Esteban Chavez et ses allergies terminent à plus de 10 minutes... chacun interprétera...

Au fantaGiro, c’est l’inévitable Kessiakof et ses Bombs qui lèvent les bras et trouvent le rouge à lèvres des hôtesses, devant Ripavicii et JF Copé Innocent.

Au général, malgré la cuite de la veille, c’est bien Cyclo Marseille qui reprend la tête, toutefois sans payettes... suivi de près par Breddy Eckx et Uovo...

Demain le Giro entre dans sa dernière ligne droite, qui s’annonce à n’en pas douter tortueuse pour plus d’un... on a le sentiment, pour certains un désir brûlant, voire une pulsion intarissable, que tout peut encore changer... chacun implorera la montagne, surveillera les astres, et  Zoncolan livrera sentence.

Le bon plan du jour

Gibbons, 1 fantamillion et 5ème aujourd’hui a déjà été loué par cette rubrique, et ce dès le 1er sprint à Tel Aviv. A l’époque Danny Van Poppel figurait lui dans le panier des mauvais plans. Il a depuis engrangé deux 5èmes, une 3ème et une 2ème places, le tout faisant pour le moment 271 points pour 14 fantamillions... ce qui lui décerne le titre de 4e meilleur sprinteur à ce stade. Ca ne veut pas dire grand chose, si ce n’est qu’il s’est en quelque sorte racheté auprès des 16 fantateams qui lui ont donné sa chance... la 3e semaine cruelle pour les sprinteurs pourrait même redistribuer les cartes pour l’arrivée à Rome... il faut bien de quoi se donner du coeur au centre avant d’affronter les cîmes...

Le mauvais plan du jour

Sacha Modolo a beau râler sur la ligne, il n’arrive décidément pas à faire honneur à ses équipiers qui l’on pourtant parfaitement amené jusqu’au 400 derniers mètres. Celui qui nourrissait beaucoup d’ambition, malgré les 22 fantamillions investis, jouera sa peau dans l’arène romaine et laisse pour l’instant un goût de trop peu, de peut mieux, finalement de déjà vu.

Commentaires