The King of Pink!

Qui aurait cru, qu'en cette fin de deuxième semaine de course, Simon Yates dominerait de la tête et des épaules cette magnifique édition du Tour d'Italie. Non content de porter le maillot de leader depuis l'Etna, le feu follet britannique s'offre ce dimanche, de manière plus qu'autoritaire et en solitaire, une troisième victoire d'étape à Sappada.

Yates n'aura, cette fois, pas attendu les dernières rampes pour porter son attaque décisive. En effet, à 18 kilomètres de l'arrivée, Simon plaça une première banderille sur la dernière difficulté répertoriée du jour, très vite suivie par une deuxième que personne ne put lui contester. Dumoulin, Pinot, Pozzovivo, Carapaz et Lopez sont les seuls à vainement tenter de prendre la roue du briton mais se regardent tellement en chiens de faïence, quitte à laisser revenir Dumoulin un moment largué, qu'ils finissent par eux-mêmes se condamner. La voie était donc libre pour le Magglia Rosa qui ne se fit guère prier pour accentuer un peu plus encore son avance au classement général. Ses cinq poursuivants termineront ensemble à plus de quarante secondes et c'est un revigoré Lopez qui s'adjuge le premier accessit. Sans vraiment briller, Tom Dumoulin prend la troisième place mais le Papillon de Maastricht semble tout de même bien moins fringant que lors de son sacre l'année passée.

Pour Froome, la pilule est encore bien plus dure à avaler. Dominateur sur le Zoncolan, on croyait le kényan blanc revenu à son meilleur niveau. Mais la mobylette s'est une fois de plus enrayée et voit ses chances de retour bien mal engagées. Il perd une très grosse minute sur l'ensemble des favoris, recule au septième rang du Général et compte, dorénavant, près de cinq minutes de retard sur Simon Yates. Interpellant mais guère étonnant, Froome retrouve donc l'anonymat et nous conforte dans l'idée, qu'elles qu'en soient finalement les raisons, que prendre le départ il y deux semaines n'était pas un choix des plus judicieux.

Pour Fabio Aru, proche de la rupture définitive et, de plus en plus Voeklerien dans son attitude sur le vélo, il n'y aura pas de miracles non plus. Le sarde a tout simplement explosé et termine à plus de vingt minutes du vainqueur. Son Giro est définitivement un fiasco et on ne voit pas ce qui pourrait encore bien animer la dernière semaine d'un autre champion retombé dans les méandres de l'oubli.

Fort de son titre de champion du monde, Tom Dumoulin arrive sur le contre-la-montre de ce mardi avec plus de deux minutes de retard sur Yates et devra d'employer bien plus que ce qu'on ne se l'imaginait pour renverser la vapeur. Les cartes seront inévitablement redistribuées demain soir mais dans quel ordre ? Impatients d'y être tant le suspense est grand et tant la vérité d'un jour n'est assurément pas celle du lendemain sur un Giro une fois de plus des plus indécis.

Au FantaGiro, Vino for Ever s'est montré le plus fort et s'adjuge l'étape devant Les Saiyens en Pédalos et En Avant le Giro. Au Général, Still Cyclo ne se cache plus et monte, sans réelle surprise, sur la première marche du podium. Breddy et Cyclo Marseille s'accrochent comme ils peuvent et voient en Rohan Dennis l'homme qui pourrait renverser la situation à leur avantage. Sans parler d'autres intéressantes fantateams qui comptent bien sur cette troisième semaine pour bouleverser un ordre qui commence tout de même à s'établir.

Le Bon Plan du jour

On n'a pas encore vraiment parlé de Thibaut Pinot (46 Fantamillions) depuis le départ à Jérusalem mais le franc-comptois réalise, pour l'instant, un très bon Tour d'Italie. Certes, on a l'impression qu'il manque toujours un chouïa au français pour passer devant, mais sa constance depuis deux semaines est assez impressionnante. Ses 808 Fantapoints l'attestent et arriver en quatrième position au général au terme de ces deux semaines de course est de bonne augure pour la dernière ligne droite. On le voit mal renverser complètement la situation mais il peut néanmoins voir le podium poindre à l'horizon avec un certain optimisme. Tibopino est bien, et même si il a plus sucé les roues que jamais ce week-end, il n'est plus un oiseau pour le chat et son nouveau statut devrait lui permettre de satisfaire les 95 Fantateams, tout comme pour Dumoulin, à avoir fermement cru en lui.

Le Mauvais Plan du jour

Ils sont plusieurs et, en même temps, on ne leur en voudra pas vraiment non plus. On le sait, le Giro garde toujours une place spéciale pour les attaquants. Le parcours est souvent taillé pour que des gars, qui ne jouent pas le général mais qui aiment briller sur les chemins escarpés de montagne, se taillent une belle part de gâteau. A ce titre, où sont les Pantano, Brambilla, Atapuma, Hermans ou encore les Ruben Plaza,Torres, De La Cruz et autres Fernandez... La liste est longue et, ce n'est pas faire injure à ceux qui ont animé les débats jusque-là, mais on en attendait plus de la part de tous ces coureurs qui ont plus brillé par leur absence que véritablement animé les débats. Au grand dam de multiples Fantateams qui comptaient sur eux pour remplir leurs besaces.


 

Commentaires