Le bolide Bennett s’impose en costaud

Sam Bennett a remporté sa deuxième victoire d’étape sur ce Giro en dominant le sprint à Imola, au terme d’une étape rendue difficile par la pluie tombée sur le circuit de San Marin. L’échappée matinale n’avait que peu de chances d’aboutir, même si elle a permis à Marco Frapporti de consolider son statut de roi des attaquants, tout en décrochant le prix du combatif du jour. Les conditions dantesques que le peloton a affronté lors de la dernière heure de course ont rendu la fin de l’étape compliquée pour certains leaders, même si au final, seul Elia Viviani a été piégé dans une cassure du peloton survenue à 25 kilomètres de l’arrivée.  Décidément, le spectacle est au rendez-vous tous les jours au Giro et même si le classement général de bouge pas, la dernière demi-heure de course valait le détour. Carlos Betancur et Matej Mohoric ont tenté d’attaquer après le passage du grand prix de la montagne, ce qui aurait pu être payant, puisque l’arrivée située en bas de la descente ne permettait pas vraiment aux équipes de sprinters de s’organiser. Mais visiblement très sûr de lui, Sam Bennett a décidé de prendre les choses en main en lançant le sprint à 400 mètres de la ligne pour passer Betancur et Mohoric comme un bolide de Formule 1 et s’imposer avec une large avance sur Danny Van Poppel et Nicolo Bonifazio. Bennett confirme qu’il est le sprinter qui monte en puissance sur ce Giro, au contraire de Viviani qui commence à montrer quelques limites. L’Irlandais n’est plus qu’à quelques longueurs du maillot ciclamino dans le classement à points et l’étape de vendredi risque d’être déjà décisive pour ce classement parallèle. En effet, après l’étape de Nervesa della Battaglia, il ne restera plus que la passerelle à Rome pour les jet-men, et on doute que Viviani et Bennett aient l’envie et les capacités de jouer les Sagan ou Matthews en attaquant dans les étapes de montagne pour aller gratter des points aux sprints intermédiaires. Ca risque de chauffer lors de l’avant dernière bataille entre sprinters vendredi.

Au Fantagiro, la team Torre Maremse I remporte son première succès du tour grâce à une belle combinaison formée par Bennet, Van Poppel, Dumoulin, Carapaz, Pinot et Chaves. Chazal et Kessiakov complètent le podium du jour, alors que Breddy Eckx conforte un peu sa leadership au classement général.

Le bon plan du jour

Sam Bennet ayant (visiblement à juste titre) déjà eu l’honneur de figurer dans cette rubrique, on notera comme Nicolo Bonifazio est un des sprinters ayant le meilleur coefficient points/prix. En effet, l’Italien a rapporté 220 points pour un prix relativement modeste de 11 fantamillions. Ce jeudi, Bonifazio était plutôt bien placé dans un final qui lui convenait à merveille. Mais il a laissé partir Bennett pour ensuite tenter une remontée tardive qui s’est arrêtée à la troisième place. Il aura encore une ou deux occasions pour augmenter son butin pour le bonheur de 15 fantateams, dont le leader Breddy Eckx.

 

Le mauvais plan du tour

Dans une étape qui offrait des conditions climatiques similaires à celles qu’on peut vivre dans une classique du Nord, on s’attendait plus de la part d’un coureur comme Jens Debusschere. Dans un Giro sans les cadors du sprint et avec une équipe sans leader désigné, l’ancien champion de Belgique avait un beau coup à jouer, mais il ne réussit visiblement pas à sortir on épingle du jeu et doit pour l’instant se contenter d’offrir 43 petit points aux 4 fantateams qui ont tout de même déboursé 23 fantamillions pour lui.  

Commentaires