Simon au top à Osimo!

Cette fois en nettement plus courte, la onzième étape était, en quelque sorte, un remake de celle d'hier à Gualdo Tadino, le terrain s'annonçant à nouveau propice aux attaques et favorable aux puncheurs. En effet, pas un mètre de plat, si ce n'est 300 mètres à l'arrivée, deux côtes classées en 3ème catégorie et deux jolies bosses à gravir dans les 5 derniers kilomètres, avec des passages à 16% toutes les deux.

 

Menu forcément attrayant pour tout baroudeur qui se respecte, rien d'étonnant donc à ce que cette étape démarre pied au plancher. Les attaques fusent dès le départ et se succèdent sans répit les trente premiers kilomètres sans que la bonne échappée n'arrive à se former. Cinq téméraires trouveront finalement la faille et s'en iront défier un peloton toujours sur ses gardes. Les fuyards sont tenaces mais finalement repris juste avant la dernière difficulté, les cadors pouvaient dès lors s'empoigner.

 

Profitant du premier mur, Wellens et Stybar, spécialistes en la matière, allument le feu et semblent s'envoler vers la victoire mais le nouvel équipier de luxe, Esteban Chaves, met le paquet pour Yates qui conclut de la plus belle des façons. Le maillot rose profitera de ce deuxième raidard pour placer une accélération foudroyante à 1,8 kilomètres de l'arrivée et s'en aller cueillir un deuxième succès sur ce Giro. Seuls Dumoulin et, dans une moindre mesure, David Formolo ont réussi à prendre la roue du britannique mais n'ont rien pu faire pour l'inquiéter. Pozzo et Tibopino perdent un peu de temps et terminent huit secondes plus loin là où Chris Froome, décidément bien à la peine, en perd quarante à l'arrivée... !

 

Petite pensée pour le défunt Michele Scarponi que le Giro avait tenu à mettre à l'honneur en passant aujourd'hui sur ses terres à Filottrano, Ciao Capitano ! Place aux sprinters ces deux prochaines journées, où l'on espère que la lutte pour le maillot cyclamen sera âpre , avant de voir se dresser ce samedi l'ogre de ce Tour d'Italie, le redoutable et tant redouté Mont Zoncolan.

 

Au Fantagiro, c'est Men In Italy qui reçoit l'honneur du baiser des charmantes Fantahotesses en s'offrant la victoire d'étape juste devant l'insatiable Still Cyclo After All These Years et Une Piquouze pour la Route. Au Général, Finale de Coupe d'Europe oblige, Cyclo Marseille, comme annoncé, troque sa vareuse de leader pour la vareuse bleue et blanche. Opportuniste, Breddy Eckx, à l'affût depuis quelques jours, en profite et s'en empare pour 2 petits Fantapoints mais sent déjà poindre au loin (enfin, pas si loin en fait...) le souffle tempétueux de Still Cyclo, désormais troisième.

 

 

Le Bon Plan du jour

 

Sa place de onzième aujourd'hui est assurément anecdotique, mais Richard Carapaz (14 Fantamillions), actuel maillot blanc de meilleur jeune, est en train de faire un sacrément beau Giro. Premier Equatorien à gagner une étape sur un grand tour samedi, il est aussi le seul à avoir pu suivre les cadors sur l'Etna dimanche. Véritable attaquant, il continue sur sa lancée du Tour des Asturies en démontrant qu'il n'est désormais plus qu'un feu follet. Richard sort avec un maximum de confiance de ces deux délicates journées en confortant sa belle cinquième place du général et risque bien de ne pas s'arrêter en si bon chemin. Il rapporte d'ores et déjà 566 Fantapoints pour le plaisir de douze audacieux Fantamanagers.

 

Le Mauvais Plan du jour

 

Michael Woods (23 Fantamillions) est un peu une énigme sur ce Tour d'Italie. Pour cet ancien athlète spécialiste de demi-fond, l'occasion était belle de montrer l'étendue de son indéniable talent sur ce Tour d'Italie. A l'image de son dernier Liège-Bastogne-Liège ou de sa Vuelta en 2017, on était même en droit de nourrir certaines ambitions légitimes. Plutôt à l'aise sur les montées courtes aux pourcentages élevés, ce début de Giro avait tout pour plaire au coureur canadien de 31 ans. On y a cru lorsqu'il échoue de peu derrière Wellens à Caltagirone mais depuis, il se fait fort discret. Jusque-là bien au chaud dans le top 10, il termine aujourd'hui loin du vainqueur et recule au seizième rang. Mais il laisse surtout encore passer une occasion en or de briller et de rentabiliser l'investissement de 37 Fantamanagers perplexes. A moins que la haute montagne ne le révèle, ça commence un peu à sentir le very bad plan pour les amateurs de sirop d'érable.


 

Commentaires