Viviani double la mise !

Au terme d'un sprint un rien plus haletant que le précédent, Elia Viviani s'offre une deuxième victoire de prestige en terres sacrées. En vieux briscard de la piste, il a une fois de plus pris la bonne roue et s'impose, somme toute assez facilement, devant Sacha Modolo et Sam Bennett.

La journée promettait d'être longue et éprouvante, avec la traversée du désert du Néguev et elle le fut. Malgré une chaleur un peu moindre, il est clair que beaucoup craignaient cette troisième étape qui ne pouvait mettre les organismes qu'à rude épreuve. Trois hommes se décident, assez rapidement, à prendre les devants avec l'aval du peloton et ne seront finalement repris qu'à huit kilomètres de l'arrivée. Les trois compères en profiteront donc pour glaner tous les points des sprints et de ceux de la …montagne. Ce qui permet à Enrico Barbin de conforter un peu plus son maillot de leader au classement des monts. Les sprinters pouvaient se mettre en place et se jouer la victoire d'étape.

Signe du destin, cette arrivée à Eilat avait tout pour faire sourire le nouveau roi du sprint, Elia Viviani. Malgré, selon ses dires, une journée en demi-teinte, le sprinter transalpin n'a pourtant pas laissé passer l'occasion de lever les bras au ciel une deuxième fois. Bennett déclenchera les hostilités, mais, bien coincé dans sa roue, Viviani finira par le déborder. Il s'empare d'un nouveau bouquet et on ne voit vraiment pas qui pourra empêcher l'italien de faire une razzia au terme de ces trois semaines de course. Sacha Modolo, deuxième, a bien fait illusion mais il va falloir être très fort pour battre le coureur de la Quick-Step qui se situe, clairement, une jambe au-dessus des autres.

Au FantaGiro, Kessiakoff s'empare, sans grande surprise, de son deuxième succès de rang devant l'Ibère, Torre Maresme2 et le très constant, Amstrong the truand. Au général, Ipanema se plaît en rose et devance de très peu Compagnie Fruitière et Diabolik. Place au repos aujourd'hui avant l'arrivée en Sicile et la première étape qui pourrait réussir aux plus puncheurs ce mardi.

 

Le bon Plan

José Gonçalves (9 Fantamillions), sans avoir l'air d'y toucher, est en train de pleinement réussir son début de Tour d'Italie. Non content d'avoir brillé sur le contre-la-montre inaugural, il s'est permis le luxe de se mêler au sprint final à Eilat. Bon, il ne termine qu'à une méritoire dixième place mais il engrange surtout 188 Fantapoints depuis le départ, ce qui fait de lui le coureur le plus prolifique, juste derrière son collègue, Alex Dowsett. Un départ en fanfare pour l'équipe Katusha qui n'avait pourtant pas l'équipe la plus sexy au moment de s'élancer vendredi dernier.

Le mauvais plan

Pas de sprinter low-cost à l'arrivée ce dimanche, du moins dans le top 10, si ce n'est le vaillant Manuel Belleti. Les occasions seront encore nombreuses mais gare à ne pas trop musarder en chemin pour les Guardini, Roelandts, Sbaragli et autres Venturini, sous peine de rentrer la besace vide. Les routes d'Italie les mettront peut-être un peu plus à l'honneur, c'est, en tout cas, tout le mal qu'on leur souhaite.

Commentaires

Beau ça un podium ibère!

Portrait de Dirkanya
Beau ça un podium ibère! merci Chris! merci à toute l'equipe fantacycling pour votre boulot! 5ème année en effet!!! le temps file...et vous vous fatiguez moins qu'un Indurain!!! Vais-je réussir cette année à finir dans le top 10? (2017 11ème - là 12ème)....Aru et Yates devront faire leur part du boulot et ce sera chose faite...qu'en dites vous chers amis fantacyclistes ??? on se retrouve demain sur le sommet de l'Etna!