Articles

ONCE, histoire d'une équipe qui y voyait clair

Un des maillots à remporter lors de la Fantavuelta 2016 est le maillot de l’équipe ONCE-Eroski de 2003. L'autre prix est un maillot de la Team Telekom de la même année. Le maillot de l'équipe ONCE avec le bonhomme à la canne se reconnait parmi des milliers. On l'oublie parfois, il était bien jaune et non rose, comme la version utilisée lors du Tour de France pour ne pas le confondre avec la tunique de leader de la Grande Boucle. Un maillot jaune derrière lequel l'équipe espagnole courra d'ailleurs sans succès tout au long de ses 14 années d'existence. Retour sur l'histoire d'une des plus importantes équipes des années '90 et de son charismatique mais ambigu patron Manolo Saiz.

6 sep 16
5

Vivement dimanche… Jempy!

Après un week-end riche en rebondissements, le peloton pouvait reprendre son souffle sur cette 16ème étape qui ne comprenait qu'une seule difficulté répertoriée, l'Alto Castillo de Morella. Malgré une chaleur intense, la chance était donc belle pour les sprinters désireux de se rappeler à notre bon souvenir. Et ils n'ont pas laissé passer l'opportunité de se montrer, même si les fuyards du matin leur ont tout de même offert une belle résistance. C'est le rusé Jempy Drucker qui s'offre le bouquet du vainqueur et par là-même, son premier succès en Grand Tour. Il devance Rudiger Selig et Nikias Arndt, deux autres flèches qui n'avaient guère eu encore l'occasion de se mettre en valeur jusqu'ici. Nairo Quintana conserve, lui, très logiquement sa tunique de leader. Place à la journée de repos ce mardi, avant d'attaquer la dernière ligne droite de cette Vuelta passionnante.

A la FantaVuelta non plus, les choses n'ont guère évolué. Team Vuelta mène toujours la danse devant Gitane et An Geansai Dearg. Par contre, cette nouvelle donne, et Jempy Drucker, permettent à I Caniballi de remporter l'étape du jour, devant Ipanema et El Diablo, qui, avec 5 coureurs dans le top6, se permet le luxe, sans le vainqueur, de s'octroyer une place sur le podium devant un Miguel InduBreckx dépité.

6 sep 16
2

Une étape légendaire!

Si l'étape pyrénéenne de samedi avait offert un spectacle exceptionnel, celle de dimanche entre Sabiñanigo et Sallent de Gallego a été tout aussi extraordinaire. Et ce, grâce à Alberto Contador et Nairo Quintana qui ont attaqué dès le septième kilomètre de la course en compagnie de plusieurs équipiers et d'autres attaquants se trouvant au bon endroit et au bon moment. C'est un d'entre eux, Gianluca Brambilla, qui remporte l'étape du jour devant le maillot rouge Nairo Quintana qui a réussi à prendre près de trois minutes à Chris Froome. Le leader de Sky reste malgré tout deuxième du classement général. Un classement général qui a subi pas mal de chamboulements suite à cette étape de montagne courue à une moyenne de près de 40 km/h! Et ce chamboulement mélange évidemment les cartes de la Fantavuelta, car les équipes de tête ayant le trio Quintana-Froome-Valverde sont soudainement en perte de vitesse. C'est d'ailleurs Xipho3, une équipe avec Quintana, Froome, Contador, De la Cruz et Fraile, qui remporte l'étape du jour devant Plus Team et Bjorn Borg.

5 sep 16
1

Robert Gesink déploie ses ailes et dompte l’Aubisque !

L’étape reine de cette Vuelta promettait l’enfer et elle n’a pas dérogé à la règle. Avec pas moins de trois ascensions de cols de première catégorie et une montée finale de 16,5 kilomètres à 7,1% de moyenne, le peloton était attendu au tournant après cette journée de repos improvisée. Et c’est le revenant hollandais, Robert Gesink, qui s’est adjugé, de fort belle manière, cette prestigieuse victoire, devant le nouveau maillot à pois, Kenny Ellisonde et Egor Sillin.

4 sep 16
3

Victoire de Valerio Conti lors du jour de repos improvisé

L'italien Valerio Conti a remporté sa première victoire sur un grand tour au terme d'une étape marquée par une échappée qui est arrivée avec une avance record de 33 minutes sur le peloton. Du jamais vu! Le peloton avait donc décidé de se concéder une journée de repos supplémentaire avant la grande bagarre des Pyrénées. L'échappée de 12 coureurs complètement inoffensifs au classement général était l'occasion parfaite pour passer une journée de cyclotouriste dans les campagnes basques et de Navarre. Il faut dire qu'à part Sergey Lagutin, le vainqueur de la 8ème étape, et Cesare Benedetti, les attaquants du jour n'étaient pas les habituels baroudeurs qu'on a vus depuis le début de la Vuelta. Jelle Wallays, Stephane Rossetto, Michael Gogl, Romain Cardis, Gatis Smukulis, Danilo Wyss, Tom Stamsnijder… il y avait du coureur low-cost dans l'échappée du jour.

C'est finalement le jeune talent italien Valerio Conti qui a montré ses qualités de grimpeur-puncheur dans les 20 derniers kilomètres pour s'imposer en solitaire devant Danilo Wyss et Serguey Lagutin. Le peloton est arrivé pépère 33 minutes après. On notera que même si le groupe n'a pas sprinté et a franchi la ligne avec le sourire, Alejandro Valverde a mine de rien donné un petit coup de rein, histoire de franchir la ligne en premier et prendre la 13ème place. Sacré Imbatido…

La victoire du jour à la Fantavuelta revient à la team I Cannibali, une des deux équipes à avoir misé sur Valerio Conti. Elle devance la Polska Team qui fête l'exploit de Danilo Wyss et la Team Vuelta qui continue d'engranger des points avec ses leaders du général.

3 sep 16
0

Keukeleire au finish!

Cette douzième étape semblait propice à un bon coup pour les baroudeurs en manque d'escapades depuis quelques jours. Nul ne s'étonna donc, une fois de plus, de voir de nombreuses tentatives se lancer. Mais c'est au sommet du Puerto de las Alisas, col de 1ère catégorie, qu'un petit groupe, dans lequel figurent tout de même Brambilla, Atapuma et autre Kennaugh, parvint enfin à prendre une avance significative. Leur marge de manœuvre resta toutefois bien contrôlée, dans un premier temps par les Movistar, bien vite relayés par les Astana. Tout ce petit monde sera finalement repris à 18 kilomètres de l'arrivée, juste avant le pied de la dernière ascension du jour.

A partir de ce moment, les banderilles fusent de toutes parts. D'attaques en attaques, le peloton rapidement se désorganise et, c'est au terme d'un sprint en comité réduit, que le belge, Jens Keukeleire s'impose à Bilbao, devant l'étonnant Maxime Bouet et Fabio Felline. Loin d'avoir pourtant passé une journée tranquille, les favoris, eux, se sont finalement neutralisés sur cette étape.

A la Fantavuelta, les favoris se sont aussi quelque peu regardés et c'est An Geansai Dearg qui l'emporte devant Team Vuelta et Dynamo Cyclo. Là non plus les positions ne bougent pas au classement Général, toujours mené tambour battant par Team Vuelta.

2 sep 16
3

Une Vuelta sous le signe du duel Froome-Quintana

Chris Froome a remporté ce mercredi son deuxième succès sur la montée de Peña Cabarga. Le Britannique devance le maillot rouge Nairo Quintana et le maillot vert Alejandro Valverde. Malgré quelques tentatives de montrer les muscles des mollets, les autres prétendants à la victoire comme Alberto Contador et Esteban Chaves ont dû se contenter de regarder de loin le vrai duel des hommes forts de cette Vuelta.

La Team Vuelta a une nouvelle fois écrasé l’étape du jour avec un score record de 741 points obtenu grâce au quintet Quintana-Valverde-Froome-De La Cruz-Yates. Malgré les 715 points obtenus, Dynamo Cyclo doit se contenter de la deuxième place devant la team Gitane.

1 sep 16
1

Quintana, nuevo rey de Covadonga!

C'est peu dire qu'on attendait cette joute sur les terribles pentes du lac de Covadonga avec une impatience non dissimulée. Et c'est peu dire que, pour une fois sur un grand Tour, on en a eu pour notre argent. Nairo Quintana avait entamé, avec brio, ce triptyque montagneux et, tout en finesse, il  finit ces trois jours de montagne de la plus belle des manières. Le colombien, non content de s'emparer de l'étape, récupère par la même occasion le maillot de leader au terme d'une ascension digne des plus grands champions. Il devance l'impressionnant Condor de Varsseveld, Robert Gesink et la plus stakhanoviste mobylette du peloton, Chris Froome.

30 aoû 16
7

Journée magique pour David De La Cruz

L’espagnol David De La Cruz a remporté la neuvième étape de la Vuelta en s’imposant en solitaire sur le Alto de Naranco. Le coureur de l’équipe Etixx-Quick Step qui a réussi à se glisser dans la bonne échappée matinale avant de fausser compagnie à ses camarades de route dans la dernière montée, prend également le maillot rouge de leader du général. Avec un groupe d’échappés qui comptait des coureurs comme Thomas De Gendt, Matthias Franck, Alexandre Geniez, Jan Bakelandts, Luis Leon Sanchez, Simon Clarke ou Moreno Moser, la victoire était loin d’être acquise pour De La Cruz, qui était en plus le seul attaquant à avoir un intérêt à prendre du temps pour le classement général. Après s’être efforcé de maintenir un rythme constant pour garder un écart d’environ 5 minutes sur le peloton, De La Cruz a finalement attaqué en compagnie de Dries Devenyns juste avant l’ascension finale. Les deux coureurs ont maintenu une avance confortable sur les autres échappés et se sont disputés la victoire finale. Lorsque Devenyns a eu un problème de changement de vitesse au moment même où De La Cruz a placé une accélération, les jeux étaient faits pour l’Espagnol qui remporte sa première victoire parmi les professionnels. Pas de bagarre parmi les leaders qui ont probablement gardé des forces pour la grande étape des Lagos de Covadonga de lundi.

Avec cinq coureurs dans le top-6 su général (De La Cruz, Quintana, Valverde, Chaves et Konig), la formation Lauclair remporte sa deuxième étape consécutive à la Fantavuelta et se confirme comme la team en forme du moment. Avec 488 points, elle s’impose devant le duo formé par Team Vuelta et la Gitane qui obtiennent tous les deux 479 points grâce à De La Cruz, Quintana, Valverde et Froome. La Tomyteam monte quant à elle sur la troisième marche du podium, alors que le leader de la Fantavuelta The King ne tremble pas et, grâce à De La Cruz, augmente même son avance sur le deuxième du général.

29 aoû 16
0

Lagutin en champion, Quintana en Rouge !

A 35 ans, l’ouzbek, Sergeï Lagutin, s’impose sur les pentes vertigineuses de la Camperona. Membre de l’échappée matinale, qui a tout de même compté jusqu’à plus de dix minutes d’avance, le coureur de la Katusha s’offre le plus beau succès de prestige de sa carrière. Il devance sur la ligne deux vaillants français, Axel Domont et Perrig Quemeneur, au terme d’une foudroyante attaque à 200 petits mètres de la ligne.

Le peloton des favoris, qui a très vite laissé les fuyards se jouer la victoire entre eux, n’a pourtant pas fait que de la figuration. L’explication finale entre cadors, sans être pour autant exceptionnelle, aura au moins eu le mérite de clarifier une situation qui pour l’instant tardait à se décanter. Nairo Quintana est donc le premier à mettre les points sur les i et se pare de la tunique rouge tant convoitée de leader. Virevoltant, le colombien a enfin pris ses responsabilités et entame ce triptyque montagneux de la meilleure des manières qui soit. La bagarre risque bien de faire rage ces deux prochains jours car l’écart qui sépare les favoris de ce Tour d’Espagne reste relativement minime. Tout le monde est là et, les deux minutes entre le premier et le dixième au Général n’est assurément pas un obstacle insurmontable à franchir. L’alto del Naranco aujourd’hui devrait être un nouveau juge de paix, tandis que la terrible étape de lundi, aux lacs de Covadonga, apparaît déjà comme l’épreuve de vérité pour ceux qui veulent encore briller.

A la Fantavuelta, The King tient fermement les rênes du classement Général, devant le tenace Koum Tapas et An Gensai Dearg. L’étape du jour revient quant à elle, pour quatre petits points, à Lauclair, An Gensai Dearg s’empare, lui, du premier accessit devant un quatuor composé de Hara Kiri, Team Vuelta, Dynamo Cyclo et de la Gitane

28 aoû 16
0

Pages