Degenkolb renaît à Roubaix

John Degenkolb a remporté le mini Paris-Roubaix du Tour 2018 en s'imposant au sprint devant ses compagnons d'échappée Greg Van Avermaet et Yves Lampaert. La tant redoutée étape des pavés a finalement été moins décisive que prévu, sauf pour Richie Porte qui a abandonné le Tour après une chute en tout début d'étape. Sinon, la plupart des autres leaders sont arrivés ensemble, même si la journée a été plus difficile pour Romain Bardet ou Mikel Landa qui ont passé beaucoup de temps à tenter de revenir sur la tête de la course. Le seul qui perd vraiment du temps est Rigoberto Uran, incapable de revenir sur le groupe des favoris malgré le soutien de son équipe. 

Les résultats de cette étape remplie de secteurs pavés sont surprenant et remettent en question le choix des organisateurs. Si des coureurs comme Quintana ou Dan Martin terminent en même temps que des spécialistes comme Sagan ou Stuyven, à quoi ça sert d'envoyer les coureurs prendre des risques énormes dans les tranchées du Nord ? Les chutes et les crevaisons, ça amuse la galerie certes et on voit plus de faits de course en un jour que sur l'ensemble du Tour, mais à quoi ça sert si le classement général ne bouge pas? L'exploit de Nibali en 2014 était probablement une exception et peut-être aussi dû aux conditions dantesques de ce jour-là. Pas certain que cette formule devra être rééditée dans le futur. Finalement, Greg Van Avermaet consolide son maillot jaune avant d'entamer les montagnes, alors que presque tous les autres leaders se tiennent dans une minute.

Le bon plan du jour

Malgré une période difficile depuis son accident en 2016 et un printemps anonyme, 17 fantamanagers ont pensé que 20 millions pour John Degenkolb, ça pouvait être un bon plan. Les premiers résultats ne leur avaient pas complètement donné tort, puisque Johnny avait obtenu plusieurs places dans le top-10, dont une troisième place samedi, après le déclassement de Greipel et Gaviria. Sa victoire à Roubaix est une réelle renaissance, après deux ans où de nombreux spécialistes pensaient qu'il ne reviendra jamais à son niveau. Son émotion après la course en dit long sur ce qu'il a enduré. On ne peut que se réjouir de ce retour,  car Degenkolb mérite sa place parmi les grands spécialistes de classiques de sa génération.

Le mauvais plan du tour

Il n'y a pas grand chose à dire sur l'abandon de Richie Porte. Oui, on pourrait lui décerner le prix du mauvais plan à la carrière. On pourrait s'attarder sur le fait qu'il ait rapporté son premier point samedi, en entrant dans le top-10 du général. Ou que pour 34 fantamillions et avec un CLM par équipe en première semaine, c'était difficile de renoncer à lui même si tout le monde connaît son manque de fiabilité. "A plus de 50 millions,  j'y aurais réfléchi deux fois"... Bon, en sachant que le prochain sur la liste c'est normalement Geraint Thomas, ceux qui les ont tous les deux dans la même équipe peuvent se dire que leur team B est pas mal.

Commentaires