Omar (dé)Fraile la chronique à Mende

Week-end de transition dans le Massif Central pour le fantapeloton, avec deux étapes favorables aux puncheurs (aujourd’hui) et aux grimpeurs pas assez ambitieux pour les réjouissances pyrénéennes à venir (demain).

Au programme ce samedi, un tracé vallonné avec une arrivée technique, qui était a priori taillée sur mesure pour les coureurs explosifs, sous la forme d’un enchaînement entre la redoutable côte de La Croix Neuve (3km à 10% de moyenne) avec une descente d’un km puis une ligne droite de 500m sur l’aéroport de Mende. Le fantasque Omar Fraile y a fait la différence au prix d’une montée exceptionnelle qui lui a permis de réussir une spectaculaire remuntada sur le courageux Jasper Stuyven.

Comme on pouvait s’y attendre, pas mal de coureurs avaient des fourmis dans les jambes ce samedi, et un groupe de 32 unités se dégagea dès le départ, avec pas mal de vainqueurs potentiels en son sein (GVA, Alaphilippe, Gilbert, Calmejane, Impey, Amador, etc).

Il s’avéra rapidement que ce groupe allait recevoir son bon de sortie d’un peloton où les leaders n’avaient aucune envie d’investir le moindre watt dans une poursuite, comme en témoigne l’écart supérieur au quart d’heure qu’ils laissèrent volontiers aux fuyards.

A une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée, un trio composé de Gorka Izagirre, Slagter et Stuyven parvint à s’extraire du groupe des échappés. Derrière eux, Alaphilippe et consorts ne s’entendirent jamais vraiment pour donner chasse au trio de tête.

Et tandis qu’Izagirre perdait un paquet d’influx à invectiver un Slagter il est vrai en rien collaboratif, Stuyven décida de larguer les amarres pour se lancer dans un numéro de 35 km en solitaire. Le Belge semblait parti vers sa 3ème victoire de référence (après son succès d’étape dans la Vuelta en 2015 et son triomphe à Kuurne-Bruxelles-Kuurne en 2016), mais c’était sans compter sur la redoutable côte de La Croix Neuve, dans laquelle l’imprévisible Omar Fraile se livra à un numéro de toute beauté pour coiffer le Belge sur le poteau; de quoi rompre une disette de 2 ans pour les Espagnols sur le Tour.

Au Fantatour, Bouledor conserve la tête un jour de plus, mais StSerge CDC et Flotov (qui ont tous deux engrangé 200 points grâce à Fraile) ne sont plus qu’à un boyau de roue derrière lui.

Le bon plan du jour

Pas besoin d’aller plus loin que le vainqueur à Mende, Omar Fraile. Coureur au gros potentiel et au coût souvent très raisonnable, c’est un chouchou des fantamanagers. Reste à lui faire confiance au bon moment, l’homme gagnant finalement peu. Chapeau donc au 35 joueurs qui ont eu le nez fin en déboursant 9 fantamillions pour le Basque sur ce TdF.

Le mauvais plan du jour

2018 commence furieusement à ressembler à l’année de trop pour Alejandro Valverde. Battu dans ses ardennaises, il est transparent dans ce Tour: incapable de s’imposer dans les 2 étapes de puncheurs (Mur de Bretagne et Mende), naviguant à 3 minutes du top 10, la moisson sera sans aucun doute bien trop faible pour un investissement de 55 fantamillions. Un joujou hors de prix pour lequel 14 managers ont néanmoins craqué. Ils se consoleront (peut-être) en se disant que les deux autres pointes du tridente Movistar n’auront guère fait mieux. 

Commentaires