Lampaert et les Quick Step domptent les vents du Sud

Yves Lampaert a remporté la première étape en ligne de la Vuelta 2017 et attaquant à un kilomètres de l’arrivée après que le forcing des Quick Step avait fait exploser le peloton. Le Belge est également le nouveau maillot rouge de la course.

A la Fantavuelta, c’est la team Les Chargés qui s’impose grâce à Yves Lampaert et Froome. Elle devance largement la formation Time Médreck qui marque des points avec Trentin, Modolo et Alaphilippe alors que Lo Squalo dello Stretto prend une nouvelle fois la troisième place du jour grâce à Nibali, Oss, Van Garderen et Chaves. 

Après avoir perdu le contre-la-montre par équipes pour 6 secondes, les hommes de Patrick Lefevere avaient deux grandes options pour aller chercher la tunique de leader aux BMC en la personne d’Yves Lampart et de Matteo Trentin, les deux hommes les plus rapides de la formation belge. Pour éviter tout malentendu, les deux coureurs sont allés chercher les deux premières places de l’étape tout en prenant les premières places du classement général. L’étape entre Nîmes et Gruissan ne prévoyait aucune difficulté, à part le vent qui pouvait provoquer des bordures en fin de course. Fait rarissime, il n’y a eu aucune échappée matinale, le peloton étant resté groupé jusqu’aux premières tentatives de bordures de la part des équipes des leaders. Ce sont finalement les rois de la spécialité, les Quick Step, qui ont fait exploser le peloton à quelques kilomètres de l’arrivée pour ensuite lancer Yves Lampart vers la victoire avec quelques mètres d’avance sur un groupe de neuf coureurs réglé par son coéquipier Matteo Trentin. Adam Blythe prend la troisième place devant Theuns, Modolo et Schwarzman, quant à Vincenzo NIbali, il est le seul des leaders du général à terminer dans le premier groupe et reprend 8 secondes à Froome & Co. Les BMC sont les grands perdants de la journée. Malgré une résistance isolée de Daniel Oss, ils se sont finalement inclinés face à la suprématie des Quick Step.

Yves Lampart devra bien profiter de son maillot de leader, puisque les premières montagnes seront affrontées lundi lors de l’étape d’Andorre et que le classement général risque bien de changer. Les coureurs qui ne sont pas encore à 100% risquent de payer cher cette première étape difficile dans les Pyrénées. S’il fallait risquer un pari, on dirait que les coureurs n'ayant pas couru depuis le Tour n’ont peut-être pas encore l’explosivité nécessaire pour faire des montées à bloc, ce qui pourrait en faire les victimes idéales de la journée.

Le bon plan du jour

Yves Lampaert faisait partie des coureurs relativement chers (25 fantamillions) qui pouvaient cependant se révéler être des bons investissements, notamment parce que son équipe pouvait faire un bon contre-la-montre. Il faut dire que pour un prix similaire, la plupart des fantamanagers lui ont préféré Julian Alaphilippe ou Matteo Trentin et c’est finalement la team Les Chargés qui a été le seul à avoir la bonne intuition. Les 345 points accumulés par Lampaert ne lui feront peut-être pas gagner la Fantavuelta mais c’est déjà ça de pris. La victoire d’étape et la maillot rouge sont en tous les cas une belle récompense pour un coureur qui a franchi un deuxième palier après avoir remporté sa première classique il y a quelques mois.  

Le mauvais plan du tour

On sait que les occasions pour les sprinters seront rares sur cette Vuelta. Ne pas participer au sprint final de la deuxième étape, c’était bien mal s’embarquer sur ce tour d’Espagne pour les rares jet-men ayant pris le départ. John Degenkolb était le grand favori en cas d’arrivé groupée, mais il semble avoir renoncé à la lutte en laissant son équipier Edward Theuns jouer la victoire d’étape. Les 15 fantamanagers qui ont dépensé 49 millions pour l’ancien vainqueur de Paris-Roubaix, espéraient probablement mieux de cette deuxième étape, même s’ils peuvent encore rêver que Degenkolb fasse l’en plein lors des dernières étapes de plaine. 

Commentaires

Pages