Un Machuco, du grand spectacle, une Vuelta relancée

L’autrichien Stefan Denifl a remporté la plus belle victoire de sa carrière en franchissant en solitaire la ligne d’arrivée située en haut de la terrible ascension de Los Machucos. Une ascension spectaculaire qui a vu un Contador déchainé échouer de peu dans sa quête d’une dernière victoire d’étape et un premier signe de faiblesse de Chris Froome qui perd 42 secondes sur Nibali. La Vuelta est relancée, la grande bagarre est loin d’être finie et surtout El Pistolero n’a pas dit son dernier mot.

Rien de neuf par contre à la Fantavuelta où le trio Cachef-Eddy Breckx-Furupu continue de dominer les débats.

L’attente et la curiosité étaient grandes pour la 17ème étape de la Vuelta. Surtout pour voir le peloton affronter cette inédite montée de Los Machucos et ses pentes à 26%. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on n’a pas été déçus ! Cependant, le début de l’étape a été relativement classique, avec une belle échappée formée par Alaphilippe, De Marchi, Denifl, Moreno, Cort Nielsen et Villella et l’absence d’attaque parmi les favoris avant la dernière ascension alors que les descentes de deux premiers cols semblaient être des terrains parfaits pour des embuscades, semblait annoncer une nouvelle journée dominée par Chris Froome et les Sky. Mais c’était sans compter sur l’ascension vers le Monumento Vaca Pasiega qui allait à elle seule relancer la Vuelta 2017. Les attaquants ont entamé la montée avec environ 1’30 d’avance sur le groupe des favoris duquel sont très vite sortis Miguel Angel Lopez et Alberto Contador, alors que Chris Froome a rapidement été incapable de suivre les autres favoris menés par Vincenzo Nibali. Contrairement à dimanche dans la Sierra Nevada, cette fois, c’est Lopez qui n'a pas réussi à suivre Contador qui a débuté son festival à cinq kilomètres du sommet. Pendant que Froome s’accrochait entourée par quatre équipiers, pendant que Chaves débutait con calvaire qui se terminera avec plus de cinq minutes de perdues, El Pistolero remontait et lâchait un à un tous les attaquants du matin. Enfin, presque tous, puisque l’autrichien Stefan Denifl a réussi une incroyable ascension en résistant au retour de Contador et en perdant très peu de temps sur le groupe des leaders. Au final, Denifl s’impose et offre une superbe victoire à l’équipe Aqua Blue Sport avec 28 secondes sur Contador et 1’04 sur Lopez, Nibali, Zakarin et Majka. Woods et Kelderman arrivent quelques secondes plus tard, ce qui permet au néerlandais de la Sunweb de défendre sa troisième place au général. Quant à Chris Froome, il conclut son premier jour sans avec 1’18 de retard sur Contador et ’42 sur Nibali. Le maillot rouge est encore solidement sur ses épaules, mais si les forces commencent à se réduire, le Kenyan Blanc risque de passer trois jours compliqués et avec l’arrivée sur l’Angliru samedi, son avance pourrait ne pas suffire. Si Vincenzo Nibali va probablement tout miser sur la dernière étape de montagne pour attaquer Froome, Alberto Contador ne va surement pas attendre l’Angliru pour bousculer ses adversaires. Il a annoncé qu’il veut se faire plaisir pour ses quatre derniers jours en tant que coureur professionnel et on ne demande pas mieux. Car un Pistolero qui se fait plaisir, c’est du spectacle assuré. On regrette un peu qu’il n’ait pas réussi à s’offrir une belle victoire d’étape mercredi, car il la méritait surement, mais au moins, il reste affamé et cela est plutôt de bonne augure pour la suite. Cette Vuelta est loin d’être finie et si elle a déjà été plus qu’agréable à suivre, elle pourrait devenir exceptionnelle.

A la Fantavuelta, la première marche du podium est squattée pour le troisième jour consécutif par les trois grands favoris pour la victoire finale, à savoir Cachef, Furupu et Eddy Breckx. Ces trois-là risquent de se disputer la victoire au sprint et ne laisseront probablement que des miettes aux autres fantateams qui se consoleront de montrer leur maillots sur les podiums du jour comme Macho Madness, Piquouz et Bjorn Borg.

 

Le bon plan du jour

Après plusieurs années passées dans des équipes Pro-Tour, Stefan Denifl avait fait le choix de descendre en catégorie inférieure et relancer sa carrière dans la jeune équipes irlandaise Aqua Blue Sport. Ce qui lui a permis de se concentrer sur un nombre réduit de courses et notamment de remporter le Tour d’Autriche en juillet. Il coutait 5 fantamillions et avait le profil parfait pour faire une Vuelta de baroudeur. Sauf que Denifl avait été relativement absent des débats lors des deux premières semaines. Il s’est admirablement racheté mercredi et remportant une magnifique victoire sur Los Machucos pour le plus grand plaisir des quatre fantateams qui ont cru en lui.

Le mauvais plan du tour

Si le grand perdant du jour s’appelle Esteban Chaves qui est carrément sorti du top-10 du général, il est difficile de le classer parmi les mauvais plans du tour, puisqu’il reste le quatrième coureur dans le classement des points de la Fantavuelta. Par contre, ses coéquipiers Adam et Simon Yates, qui ont sombré bien plus tôt que lui, n’arrivent pas pour l’instant à sauver leur Vuelta et satisfaire les nombreuses fantateams qui pensaient faire un investissement sûr en misant sur les jumeaux magiques qui avaient rarement déçu depuis deux ans. Il leur restent trois étapes pour tenter de partir dans la bonne échappée, s’imposer en costaud et redonner le sourire à une équipe Orica bien malheureuse depuis quelques jours.

Commentaires