Strade Bianche : Les Notes

Tiesj Benoot s’est offert une très belle première victoire parmi les professionnels en s’imposant en solitaire à Sienne au terme d’une course rendue épique par les conditions météo difficiles. Le Belge a devancé les étonnants Romain Bardet et Wout Van Aert, grands animateurs de la course, et l’éternel Alejandro Valverde. Les grands favoris comme Kwiatkowski, Sagan, Van Avermaet ou Gilbert terminent très loin.

Au Fantaclassics, c’est l’équipe Manook qui s’impose et prend par la même occasion la tête du classement général. 

10 – Tiesj Benoot

Enfin ! Le grand espoir du cyclisme belge tient sa première victoire chez les professionnels et pas des moindres. Benoot semblait à nouveau avoir raté le bon moment lorsqu’il est parti à la poursuite de Van Aert et Bardet avec Pieter Serry. Mais c’était sans compter sur la journée de grâce du coureur de Lotto Soudal. Benoot est revenu sur le duo de tête au terme d’un avant dernier secteur de « sterrato » impressionnant pour ensuite les lâcher dans la dernière route blanche. Samedi, Benoot était simplement le plus fort. Il mérite largement sa victoire et peut à présent voir venir les prochaines courses avec moins de pression, ce qui pourrait déboucher sur d’autres exploits.

9 – Romain Bardet

S’il y en a un qu’on n’attendait pas à ce niveau lors des Strade Bianche, c’est bien Romain Bardet. Le leader d’AG2R semblait vouloir participer à la course toscane plus par principe et parce qu’il se trouvait dans le coin en vue de Tirreno-Adriatico, que par ambition sportive. Pourtant, le timide Bardet n’a pas eu peur des conditions difficiles et a saisi le bon moment pour placer l’attaque décisive avec Van Aert. Dommage qu’il ait trouvé un Benoot déchainé sur sa route, car il aurait pu aller chercher une grande victoire au nez et à la barbe des grands spécialistes des classiques. Bardet a toutefois montré qu’il en a dans les mollets et le cuissards. Chapeau.

8,5 – Wout Van Aert

On savait que les routes boueuses allaient constituer un petit avantage pour le triple champion du monde de cyclocross. Mais de là à le voir comme protagoniste principal de la course… Après avoir impressionné lors du Nieuwsblad la semaine dernière, Van Aert a montré qu’il possède tous les atouts pour devenir un très grand coureur de classiques sur route. Avant d’attaquer avec Bardet, il avait déjà tenter de faire le trou avec Valverde et Kwiatkowski. Impressionnant. Il termine la course sur les rotules  et devra travailler sur sa résistance, surtout s’il veut être compétitif sur des courses de plus de 250 kilomètres.

8 – Manook

La team Manook est le grand gagnant de la troisième épreuve du Fantaclassics. Avec Benoot, Van Aert, Valverde et Moscon, Manook obtient 110 points, s’impose de justesse et prend surtout la tête du classement général du Fantaclassics. Avec un grand regret quand même, ne pas avoir marqué des points avec Soren Kragh Andersen qui était dans le bon coup jusqu’à quelques dizaines de kilomètres de l’arrivée…

8 – Alejandro Valverde

Tout simplement incroyable. Il ne devait même pas participer aux Strade Bianche, surtout après sa gastro au retour d’Abu Dhabi. Mais El Imabatido était là, et lorsqu’il est là, il est devant. Pas de mauvais jour, pas d’ennuis mécaniques, pas de « il faisait trop froid », pas d’excuses bidon… La seule erreur de Valverde, c’est d’avoir marqué Sagan et Kwiatkowski au mauvais moment. Lorsqu’il s’est rendu compte que les deux compères n’étaient pas dans le coup, il est parti seul, mais trop tard. Au final, une quatrième place qui rappelle une réalité encore bien présente : lors des Ardennaises, il y aura un seul à battre : Alejandro Valverde dit El Imbatido.

7,5 – Robert Power

La grande surprise de la journée, c’est la sixième place de l’australien Robert Power. Relativement inconnu au bataillon, il mérite une petite présentation : A 22 ans, Power entame sa troisième année comme professionnel dans la formation Orica/Michelton Scott. Deuxième du Tour de l’Avenir 2014 derrière Miguel Angel Lopez, Robert Power a mis du temps à se faire remarquer chez les pros et ce n’est qu’à la fin de 2017 qu’il a commencé à lutter pour la victoire dans quelques courses mineures. Ces Strade Bianche seront-elles un déclic pour sa carrière ? Bravo en tous les cas à TomyTeam qui a eu la bonne intuition de miser sur lui.

7,5 – Hautes Fagnes

Comme Manook, Hautes Fagnes obtient des points avec Benoot, Van Aert et Valverde, mais il lui manque les 2 points de Moscon pour s’imposer. Dommage, car avec Vanmarcke, Van Avermaet, Stuyven et Nibali en plus, il aurait pu espérer un peu mieux.

7 – Giovanni Visconti

L’équipier de Nibali et Colbrelli sauve la course des Bahrein et des italiens en prenant une belle cinquième place. Seul Touzeti avait dépensé 3 fantamillions pour le vieux briscard italien qui n’a visiblement pas dit son dernier mot. Bien vu.

7 – Sagan-Cité

La team de Onyeck prend une belle troisième place en marquant des points avec Benoot, Valverde, Stybar, Sagan et Oss. Si Kwiatkwoski ne s’était pas écroulé sur la fin, il aurait même pu récolter plus qu’une troisième place. Dommage.

6 – Peter Sagan

Un note moyenne pour le champion du monde, uniquement à cause de sa place dans le top-10. Mais Sagan rate sa course et ne semble pas encore au mieux. Il a une attitude très attentiste qu’on ne lui connait pas et ne profite pas du fait qu’il était le seul leader à avoir 3 équipiers à sa disposition (Oss, Burghardt, Muhlberger), dans la phase décisive. Qu’ils laissent partir Van Aert et Bardet, ça passe encore, mais pourquoi ne pas organiser la poursuite comme il le faut, plutôt que laisser partir plusieurs groupes de contre-attaquants d’où est finalement sorti Benoot, alors que Sagan était désormais à près de deux minutes de la tête et dépensait des énergies inutiles. On a l’habitude de dire que Sagan n’a pas besoin d’équipe et qu’il sait se débrouiller seul. Il serait peut-être temps qu’il apprenne à utiliser son équipe pour gagner. Un vrai champion doit savoir faire ça aussi.

5 – Michal Kwiatkowski

Décidemment, l’équation « Kwiatko favori = Kwiatwo à la dérive » est de plus en plus juste. Le polonais essaye pourtant de dynamiter la course avec Valverde et Van Aert à -60 km, mais il s’enfonce dans la boue au fil des kilomètres. Les Sky aussi avaient trois hommes devant mais n’ont pas réussi à faire fructifier cette supériorité numérique. Bon, c’était une course dantesque où la force de chaque coureur était plus importante que n’importe quel jeu tactique ou d’équipe, mais la 30ème place finale de Kwiatko est plus que décevante.

3.5 – Greg Van Avermaet, Philippe Gilbert, Sep Vanmarcke

Pendant qu’un jeune belge faisait enfin éclater tout son talent. Pendant qu’un autre jeune belge montrait qu’il allait être un sérieux client sur les classiques ces prochaines années, les coureurs belges plus expérimentés et favoris comme Van Avermaet, Gilbert et Vanmarcke sont complètement passés à travers leurs Strade Bianche. On ne les a simplement pas vu. Certains ont mis en cause des problèmes mécaniques, d’autres se sont plaint du froid, d’autres ont fait profil bas et sont passé à autre chose. Espérons qu’il fasse plein soleil et que les routes soient bien entretenues lors du Tour des Flandres si on veut voir les stars locales jouer la gagne. Leur seul mérite c’est d’avoir terminé la course. C’est déjà ça.

3 – Vincenzo Nibali

On n’attendait pas que Vincenzo Nibali gagne les Strade Bianche, mais vu les conditions qui lui semblaient favorables et les bonnes prestations d’autres grimpeurs comme Bardet, Visconti ou Valverde, on pouvait s’attendre quelque chose de plus de la part du Squale de Messine. Mais Nibali a très vite disparu des radars et a abandonné la course dans l’anonymat. Le sicilien n’est décidemment pas un coureur de début de saison.  

Commenti

Je lis partout que cette

Je lis partout que cette course est une des plus intéressante de l'année. Je savais pas... Et en effet, le parcours est top. Et c'est chacun pour soi... pas de stratégie d'équipe que les novices de toute façon pigent pas toujours :-)