Dennis façonne, Yates maçonne…!

C'est donc sans réelle surprise que Rohan Dennis remporte ce tant attendu contre-la-montre de 32 kilomètres. Sans véritable opposition, l'aussie s'impose avec 50 secondes d'avance sur son équipier, Jo Rosskopf, auteur d'une remarquable performance. Ce n'est pas une nouveauté, la BMC aime briller sur les exercices chronométrés et cette double victoire amenuise quelque peu l'absence on ne peut plus miséreuse d'un certain Richie Porte. Ah oui, mais non, on avait pourtant dit qu'on ne parlait plus du fantomatique tasmanien… Bref, au rayon bonnes affaires, c'est Steven Kruiswijk qui trône en tête de gondole. Le batave prend une impressionnante quatrième place et se permet le luxe de reprendre du temps à tous ses adversaires. Il monte en tout cas, provisoirement ou pas, sur la troisième marche du podium au Général et se présente en redoutable joker pour la victoire finale à Madrid. Mais pour ça, il faudra passer sur le corps du redoutable Simon Yates, qui a fait bien plus que limiter les dégâts, et sur celui du plus que verdoyant, Alejandro Valverde. L'imbatido est désormais plus que vraisemblablement nouveau leader à la Movistar puisque son comparse, Nairo Quintana, pointe à plus de 40 secondes après un décevant contre-la-montre. Notons l'excellente prestation d'Enric Mas, sixième du jour et dorénavant, cinquième du Général. L'entrée dans les Pyrénées ce mercredi risque bien d'être tonitruante et la bagarre s'annonce intense puisque les six premiers ne se tiennent qu'en une grosse minute trente.

A la FantaVuelta, Rueda est l'homme le plus rapide mais il ne s'impose que d'un petit point devant Evil Geniusis. Still Cyclo et Piquouzz, en vieux roublards, se partagent la troisième place. Inutile de préciser que ces quatre Fantateams comptaient  en leurs rangs un certain Rohan Dennis. Au Général, on se bat à coups de menus Fantapoints en tête et les honneurs reviennent à TeamBoBo qui parvient à conserver Soleilhas 2018 à distance. Leur avance reste néanmoins très confortable et la menace No Spain, No Gain, troisième, se fait un chouïa moins forte. Mais, avec une étape taillée à sa mesure, la pression devrait remonter en force aujourd'hui.

Le bon Plan

Steven Kruiswijk (22 Fantamillions) n'était pas, à priori, l'homme dont tout le monde se méfiait au départ de Malaga. Après un Tour de France réussi, où le néerlandais termine à une excellente cinquième place, on s'attendait plutôt à quelques coups d'éclat et à une dévotion sans bornes à son leader que devait être Georges Bennett. C'était sans compter sur l'abnégation du "Cintre" et sur le craquage du néo-zélandais qui a malheureusement sombré corps et âme. Steven est désormais troisième du Général et ne pointe qu'à quelques cinquante secondes du leader, Simon Yates. Les 22 Fantateams à y avoir cru s'en frottent les mains et Dieu seul sait jusqu'où l'éternel chat noir du peloton peut bien aller à présent.

Le mauvais plan

Rigo Uran (28 Fantamillions) avait à cœur de se relever après un Tour de France qui avait vu le colombien se retirer de manière bien malheureuse sur blessure. Avec une équipe normalement vouée à sa cause, cette Vuelta se présentait sous les meilleurs auspices pour le natif d'Urrao. Qui plus est, même s'il n'y a plus brillé de mille feux depuis un moment, Rigoberto est loin d'être un manche sur l'exercice chronométré. Mais, le sud-américain est pourtant bien à la peine depuis une bonne semaine. Jamais vraiment loin mais pourtant à la traine en montagne, il aurait pu regagner un peu de crédit ce mardi. Ce ne sera pas le cas pour le grimpeur-puncheur qui semble plus trainer son spleen sur ce Tour d'Espagne qu'une grinta que 41 Fantateams auraient aimé retrouver. Il reste trois étapes de montagne au colombien pour prouver qu'à 31 ans il est encore capable de faire se lever les foules.

Commenti