Cima, au bout du suspens

Damiano Cima a remporté la dernière étape de plaine de ce Giro au terme d'un final d'étape d'un suspens inouï. L'échappée vouée initialement à l'échec, a résisté de justesse au retour du peloton et l'italien s'impose finalement avec deux mètres d'avance sur Pascal Ackermann et le reste du groupe.
Les teams France 2 et Camoulox 2 remportent l'étape du jour alors que Giro LFC 2 consolide sa première place au général, et avec la combinaison Carapaz-Nibali-Roglic-Landa, il est à présent le grand favori pour la victoire finale.

Le bon plan du jour
Il est relativement rare de voir des coureurs low-costs remporter une étape d'un grand tour. Il est aussi rare de voir des coureurs des équipes continentales lever les bras dans un tel événement. Il est encore plus rare de voir une échappée aller au bout dans une étape de plaine, surtout lorsque c'est la dernière chance pour les sprinters de jouer la gagne. Autant dire que la victoire de Damiano Cima était vraiment inattendue... Le jeune coureur avait déjà à lui seul sauvé l'expédition d'une équipe Nippo Fantini qui n'avait clairement pas le niveau, en étant le seul à se montrer dans les échappées qui n'avaient d'autre but que celui de faire plaisir aux sponsors. Mais les miracles arrivent et cette victoire, comme celle de Masnada de l'Androni ou de Cesare Benedetti, ne peut que nous faire plaisir.

La surprise du jour
Comment ne pas citer les deux compagnons d'échappée de Cima qui ont évidemment contribué à sa victoire mais qui auraient pu espérer mieux qu'une onzième et douzième place d'étape: Mirco Maestri et Nico Denz. Bravo à eux et surtout, retentez le coups les gars.

Le mauvais plan du jour
La tactique de la Groupama FDJ lors de cette étape reste un mistere. Elle ne participe initialement pas à la poursuite, puisque sans sprint pour la gagne, les chances de Pascal Ackermann de refaire son retard sur Arnaud Démare au classement à points étaient réduites. C'était une tactique légitime, petit joueur certes, mais légitime. Sauf que les hommes de Marc Madiot ont finalement contribué au retour de dernière minute du peloton en se mettant devant sous la flamme rouge. Peut-être pris de panique ou voulant assurer une place d'honneur à Démare, ils ont finalement tout perdu. Bonne chance à Nono pour aller chercher des points aux sprints intermédiaires dans les montagnes pour récupérer son maillot ciclamen qui lui allait pourtant si bien...

Derniers articles