Deuxième round pour Vivia… non, Gaviria

Fernando Gaviria a remporté la troisième étape Giro en profitant du déclassement d’Elia Viviani qui avait franchi la ligne en premier mais a été pénalisé en raison d’un léger changement de trajectoire dans les derniers mètres. Campari remporte la fantaétape du jour alors que Time Flies et Our Franck tentent une première échappée au classement général.

Le bon plan du jour

Voilà, on tient enfin notre sprinter-outsider, capable de s’insérer dans la lutte entre le fab-four, voir même d’influencer le résultat de l’étape. Matteo Moschetti avait déjà fait quelques bons sprints depuis le début de la saison, mais il avait terminé à près de 13 minutes du vainqueur lors de la première étape pour sprinters. Lundi, l’Italien de la Trek s’est débrouillé seul, comme un grand, il a pris les bonnes roues et était en train de remonter Elia Viviani avant que celui-ci ne change de trajectoire le ralentissant clairement. Il termine malgré tout l’étape à la cinquième place, devenue quatrième après le déclassement de Viviani. Dommage pour lui, car il pouvait aspirer à plus. Toujours est-il que pour 7 fantamillions, il offre des précieux fantapoints aux 22 fantamangers qui pourraient bien avoir décelé la nouvelle pépite du sprint transalpin.

 

La surprise du jour

Que faisait Christian Knees dans les dix premiers du sprint massif alors qu’un de ses leaders tentait en vain de récupérer son retard sur le peloton suite à une chute à quelques kilomètres de l’arrivée ? Probablement qu’il protégeait son autre leader Sivakov et en a profité pour aller chercher quelques sensations fortes dans l’emballage final. Résultat ? Une neuvième place pour le vétéran allemand qui pour un million offre 10 points inespérés à la team Tempesta. Si elle gagne le Fantagiro pour moins de 10 points, au saura d’où ils viennent…

 

Le mauvais plan du jour

Terminer deuxième de la première étape au sprint pour avoir choisi la mauvaise roue, ça peut arriver. Perdre la victoire acquise sur le terrain à cause d’un changement de trajectoire probablement inutile, alors que ses équipiers avaient fait un travail parfait, c’est plus gênant. La décision du jury peut être sévère, mais après, Milan-Sanremo, les Trois jours de La Panne et Gand-Wevelgem, Elia Viviani rate une nouvelle fois son objectif à cause de détails. La pression sur le champion d’Italie va grandir et il faudra qu’il ait les épaules solides pour passer outre et renouer avec la victoire. Fantacyclistiquement parlant, avec son prix de 54 millions il semble déjà faire partie des coureurs qu’il ne fallait pas prendre.