Adam Yates attaque et gagne ? Non c’est Simon…

Simon Yates a remporté la première étape pyrénéenne au terme d’une échappée fleuve qui s’est conclue avec un sprint à trois entre l’ancien vainqueur de la Vuelta, Pello Bilbao et Gregor Muhlberger. Alors qu’on attendait impatiemment cette première étape de montagne, les leaders ont passé une journée tranquille après avoir laissé partir un groupe de 40 attaquants. Même pas une petite escarmouche, comme si le fait que les Ineos se trouvent déjà presque devant tout le monde avait déjà démoralisé les troupes… Rendez-vous demain pour y voir plus clair et samedi et dimanche pour tout faire péter…

Au Fantatour, cette première étape pour attaquants hors-jeu au général a primé la team Camoulox. Toujours pas de changements au classement général par contre.

Le bon plan du jour

On attendait une attaque d’Adam Yates, on a eu celle de son frère Simon. On pensait qu’il était venu sur la Grande Boucle pour aider son frère, mais visiblement il a eu droit à un bon de sortie qu’il a parfaitement maitrisé. Avec 200 points il récolte déjà bien plus que son frère, même si de nombreux fantamanagers espèrent bien que la tendance va vite s’inverser. Peut-être déjà demain ?

 

La surprise du jour

Avec autant de beaux noms dans l’échappée, il fallait être costaud pour s’extirper du groupe et batailler pour la victoire. Si la présence devant de Simon Yates et Pello Bilbao était somme toute logique, Gregor Muhlberger a réalisé un beau numéro en s’accrochant, même s’il n’a rien pu faire dans le sprint final. Une confirmation du progrès de l’Autrichien qu’on risque d’encore voir à l’attaque dans les prochains jours. Pour 13 millions, certains se sont fait plaisir.

 

Le mauvais plan du jour

Comme lors de la Vuelta 2017, le champion du monde du contre-la-montre a abandonné la veille de l’épreuve individuelle contre le temps. On comprend alors que Rohan Dennis a plutôt le don d’agacer les fantamanagers qui pensaient miser sur une valeur sure, au moins pour une étape. Voir  plus après son très bon Tour de Suisse. En plus, l’abandon de Dennis est entouré de mystère, puisque l’équipe a indiqué ne pas savoir pourquoi il a abandonné mais qu’il ne s’agissait pas de problèmes  physiques. Il y a de la tension dans l'air, ça parait clair. Une formation est-elle intéressé d’engager un spécialiste du contre-la-montre lors du mercato ?  Ca doit être largement faisable…

Commentaires

rhooooo... Dennis, la sale

Portrait de piticoujou
rhooooo... Dennis, la sale blague... Avant de publier l'oreillette, je lis l'article de Lucho, et bardaf ! c'est l'emBardet, ma chronique de demain est anachronique. Tant pis, je laisse la chanson prévue... A part ça, étape sans relief comme on le craignait, bien fait de ne pas regarder, de toute façon c'est samedi que Ineos fait exploser le peloton, non ?...