Quintana place sa banderille annuelle

Nairo Quintana a remporté la 18ème étape du Tour au terme d’une belle action en solitaire dans le Galibier et se replace par la même occasion dans le top-10 du général. Le Colombien faisait partie d’un grand groupe d’attaquants qui comprenait notamment Bardet, Adam Yates, Michael Woods, Lutsenko ou Caruso. Il ne leur a laissé aucune chance en accélérant dans le Galibier, lorsque l’altitude lui donnait un avantage naturel. Un avantage naturel qu’a également exploité Egan Bernal en attaquant à deux kilomètres du sommet pour reprendre une trentaine de secondes aux autres favoris et remonter à la deuxième place du général. Le maillot jaune reste sur les épaules de Julian Alaphilippe qui a cédé dans les derniers lacets du Galibier avant de revenir sur Thomas, Pinot & Co dans la descente.

« J’aurais gagné avec cette team » remporte son pari et s’impose dans la fanta-étape du jour, alors que Piquouz reste en tête du général.

Le bon plan du jour

Après la sixième place à Foix, Lennard Kämna avait déjà fait plaisir à 46 fantateams qui avaient dépensé 1 fantamillions pour l’ancien champion d’Europe U23 du contre-la-montre. Jeudi, le jeune allemand a remis ça en partant dans la bonne échappée pour finalement terminer 4ème de l’étape, confirmant ainsi qu’il a un gros potentiel, même pour jouer le général dans le futur. En attendant, il prend une sérieuse option pour le classement du coureur au meilleur coefficient du Fantatour.

 

La surprise du jour

Après sa tentative d’attaque matinale ratée dimanche dans les Pyrénées, Nairo Quintana a continué à croire en ses moyens malgré des limites évidentes montrées dans la montée de Prats d’Albis. Dans le Galibier, il a fait un numéro assez exceptionnel, en rappelant à tout le monde qu’il peut encore être un des meilleurs grimpeurs du peloton. Ce sursaut d’orgueil ressemble fortement à celui de Saint Lary Soulan lors du Tour de l’année dernière, mais une chute le jour suivant avait brisé le rêve de remuntada du Colombien. En se replaçant dans le top-10 du général, juste devant son équipier Mikel Landa, Quintana pourrait aussi permettre aux Movistar de tout faire péter dans les deux derniers jours.

 

Le mauvais plan du jour

L’étape de l’Izoard et du Galibier était parfaite pour relancer le Tour des leaders ayant déçu jusqu’à maintenant. Bardet, Quintana, Adam Yates ou Michael Woods le savaient et on fait le nécessaire pour être devant. L’étape était longue, avec une première partie de plaine permettant à l’échappée matinale de prendre assez d’avance pour espérer l’emporter au final. Avec un col de première et deux hors catégories, le maillot à pois pouvait aussi se jouer aujourd’hui. Bref la journée parfaite pour celui qui voulait « jouer les victoires et d’étapes et peut-être le classement de la montagne ».  La citation d’une interview post-Giro de Vincenzo Nibali n’est pas innocente, car le Requin de Messine avait un coup à jouer mais était le grand absent du groupe des attaquants. Visiblement, il n’a pas les jambes et la tête n’y est probablement pas non plus.

Commentaires

J'ai regardé ce soir le

Portrait de piticoujou
J'ai regardé ce soir le résumé de l'étape: quelqu'un peut m'expliquer pourquoi Movistar a roulé alors que Quintana pouvait aller chercher le podium ? Parce que là, maintenant, 3 Movistars sont dans le top 10, ok, mais sacrément loin du podium, non ?

Disons que les Movistar ont

Portrait de El Diablo
Disons que les Movistar ont roulé dans l'Izoard pour isoler Alaphilippe et les Ineos, ce qui a fonctionné un moment. Probablement qu'après ce qui s'est passé dimanche ils n'avaient aucune confiance en Quintana.