Un super Van Aert pour une super étape

Woet Van Aert a réussi un réel exploit lors de la 11ème étape en s’imposant au sprint devant les cadors de la vitesse comme Viviani et Ewan. Le Belge de la Jumbo-Visma clôture en beauté une journée qui devait être de transition mais qui a été complètement folle dans les 30 derniers kilomètres, avec des bordures qui ont piégé un bon nombre de leaders. Pinot, Fuglsang, Porte et Uran ont concédé 1’40 pour avoir été mal placés lorsque les Deceunick-Suick Step et les Ineos ont profité du vent pour foutre la pagaille. Ils sont revenu à 10 secondes du groupe principal, avant de lentement sombrer dans les dix derniers kilomètres. George Bennett qui portait les bidons pour ses équipiers lorsque les bordures sont parties, perd quant à lui 9 minutes! Il n’y a rien à dire, ce Tour de France 2019 est décidément un très grand cru!

Au Fantatour, ce sont évidemment les équipes avec les sprinters et Van Aert qui s’offrente une nouvelle journée à l’avant. L’inséparable trio HTC-Highroad, DodoàFauté et Bora-Ineos s’impose collectivement et juste derrière un peu « à la Sagan », la Team Bitoss-Two reprend la tête du général.

Le bon plan du jour

Le Tour de France de Woet Van Aert était déjà assez réussi jusqu’à maintenant, avec un maillot blanc pendant quelques jours, une victoire au conte-la-montre par équipe et une deuxième place à Colmar. Le jeune prodige est cependant entré dans une autre dimension à Albi en s’imposant devant des purs sprinters comme Ewan et Viviani. Ce dernier avait été l’un des instigateurs de la bordure décisive et a peut-être payé ses efforts dans le sprint. Mais cela n’enlève rien à l’exploit du triple champion du monde de cyclo-cross qui prouve qu’il peut battre n’importe qui sur presque tous les terrains. En attendant ses nouveaux exploits, il a déjà rapporté 735 points (le triple de Dylan Groenewegen !) aux 91 fantateams qui avaient bien compris qui est la nouvelle pépite du cyclisme mondial.

 

La surprise du jour

Ceux qui s’attendaient à une étape de plaine ennuyeuse et avaient prévu d’allumer leur télé dans les 5 derniers kilomètres, ont probablement raté une des plus belles étapes de ce Tour. Ironie du sort, ce sont les Education First qui ont en premier tenté de forcer les bordures, en oubliant qu’ils venaient d’envoyer un gregario chercher des bidons pour tout le monde. Après avoir renoncé à l’offensive pour se désaltérer, les Education First se sont fait prendre à leur propre piège et Rigoberto Uran a finalement été une des victimes du jour. L’arroseur arrosé…

 

Le poissard du jour

Changement de rubrique étant donné l’étape exceptionnelle… Car le grand malchanceux du jour s’appelle Mikel Landa. Le Basque avait réussi à prendre le bon wagon avec Nairo Quintana et Alejandro Valverde. Pour une fois, les grimpeurs latins de la Movistar ne se faisaient pas piéger par les spécialistes du vent venu du Nord. Mais suite à des frottements dans le groupe, Landa a littéralement été balancé dans le ravin par Warren Barguil, lui-même déséquilibré par un autre coureur… Aidé par ses équipiers, Landa a limité les dégâts, mais perd quand même 2’09. L’histoire se répète et on a vraiment l’impression que la roue ne tourne pas rond pour le Basque…

Commentaires

Pinot prend un sacré coup au

Portrait de El Diablo
Pinot prend un sacré coup au moral... lui qui est tellement fragile. Et dire qu'ils étaient revenus à 10 secondes... comme d'habitude j'ai deux leaders piégés dans une tram, deux dans l'autre... El Diablo est plutôt dans le groupe Calmejane sur ce Fantatour...