Un air de Classiques sur Guadalajara!

Au sens propre comme au sens figuré, un vent de folie a soufflé sur le Tour d’Espagne ce mercredi. Une étape que les sprinters avaient pourtant cochée mais qui ne s'est pas vraiment déroulée comme, presque naïvement, prévu. Au kilomètre zéro, tout est déjà parti dans tous les sens et ça ne s'est pratiquement jamais arrêté. Passés maîtres en bordures en tous genres, la Deceunink-Quick Step a tout renversé sur son passage et a parachevé son superbe travail par la magnifique victoire de Philippe Gilbert. 

Dès le départ, vent de côté aidant, l’équipe belge prend les devants et place sept des siens dans une conséquente échappée de 53 coureurs. Échappée qui prend très vite le large grâce aux bleus de Lefèvere et dans laquelle s’est subtilement glissé…. Nairo Quintana. Les favoris sont à la peine et ne parviennent à revenir sur des fuyards prenant minutes sur minutes. 

Au final, le peloton arrivera à 5’28 du groupe des trente premiers coureurs à franchir la ligne d’arrivée et où Gilbert a pris le dessus sur le puissant mais impatient, Sam Bennett. Rémi Cavagna, troisième, couronne le succès de l’équipe belge qui replace également son jeune grimpeur, James Knox à la huitième place du général. 

Après la déroute de ce week-end, Nairo Quintana, toujours aussi surprenant, est désormais deuxième du général. Le colombien a, cette fois, parfaitement joué le coup en étant le seul à intégrer l’échappée gagnante et se retrouve donc nouveau dauphin de Roglic, juste devant son meilleur équipier, El Imbatido. La Movistar a parfaitement manœuvré, au contraire d’une bien pâle et presque résignée équipe Astana. Qu’UAE, Pogacar en tête, roule avec le Slovène n’est guère étonnant. Pour l’équipe kazakhe, comprenne qui pourra. 

Le Bon Plan du jour.  

Le chef d’œuvre de l’équipe Deceunink-Quick Step mérite certainement ce légitime honneur tant leur copie, aujourd’hui, fut parfaite. Véritables instigateurs de ce début de course en fanfare, l’équipe de Philippe Gilbert a fait l’étape à elle toute seule. Le succès du remoucastrien et la troisième place de Cavagna sont évidemment leur plus retentissant fait d’arme. La huitième et dixième place de Declercq et Knox sont une autre réelle source de satisfaction. On ne parlera pas du coup du gros kilomètre de Stybar mais, en tout cas, l’entrée du jeune britannique  dans le top10 du général est, s'il en fallait une, la cerise sur le gâteau.  

Le Mauvais Plan du jour 

Après une saison 2018 haute en couleurs, la Mitchelton-Scott nage plutôt en eaux troubles en 2019. Privée du vainqueur sortant, Simon Yates, et de son frère Adam, l’équipe australienne comptait sur Esteban Chaves et l’experimenté Mikel Nieve pour secouer le cocotier au Général. Avec, en plus, l’homme en forme du Tour de Pologne, Luka Mezdec, et le séduisant Grmay, il y avait de la place pour jouer quelques résultats de choix. Il n’en est, pour l’instant, nullement question, les occasions se font désormais bien moins nombreuses et il va falloir saisir sa chance ces trois prochains jours pour sauver ce qu’il reste encore à sauver.  

Commentaires

Quelle étape de fous. Les

Portrait de El Diablo
Quelle étape de fous. Les mecs sont arrivés 1 heure avant le programme le plus optimiste... Et je pense qu'on a enfin la réponse à la question posé dans l'article sur l'équipe Mapei: https://fantacycling.com/fr/fantaclassics/2016/articles/maillots-de-l%C3%A9gende-remportez-un-maillot-mapei-%E2%80%93-gb-avec-le Non, la meilleure équipe de l'histoire c'est la Quick-Step version 2018-2019. Ca frôle la science exacte...