La meute plus forte que les lions

Le GP de l’E3, édition 2021, restera dans les annales comme un cas d’école, montrant comment un collectif bien huilé peut broyer les ambitions des adversaires plus forts individuellement. C’est en effet Kasper Asgreen qui s’impose à Harelbeke, en finalisant une course parfaite de la Deceuninck Quick Step. Rien à faire pour Woet Van Aert et Mathieu Van der Poel, coincés entre les griffes des loups…

On se demandait qui pouvait empêcher que la campagne des classiques 2021 se résume à un duel entre Woet Van Aert et Mathieu Van der Poel avec l’ajout ponctuel de Julian Alaphilippe. Si la victoire de Jasper Stuyven à Sanremo avait montré qu’on pouvait déjouer les pronostics, celle de Kasper Asgreen a prouvé que les deux supermen du cyclocross peuvent être battus à la régulière, avec une tactique de course précise et impitoyable. Et le Wolf Pack de la Deceunick Quick Step a prouvé qu’il en a largement les capacités. Ce qu’ils ont fait au GP de l’E3 est un réel chef-d’œuvre. Une œuvre cycliste parfaite, harmonieuse et foudroyante à la fois.

Un travail commencé dans le Taaienberg, lorsque les loups ont fait exploser le peloton et emmené un groupe d’une dizaine de coureurs parmi lesquels figuraient quatre hommes en bleu accompagnés des deux super-favoris, ainsi que de Stuyven, Trentin et Matthews. Ca sembalit être le bon coup, mais la crevaison de Woet Van Aert et le conséquent retour du groupe tiré par les Jumbo Visma a mis fin à cette tentative et requis une adaptation de scénario. Rien de problématique pour le Wolf Pack, les solutions alternatives ont vite été mises en œuvre. Kasper Asgreen est parti seul, à 60 kilomètres de l’arrivée, obligeant les autres favoris, à prendre les choses en main. Lorsqu’un petit groupe de contre, avec Turgis, Naesen, les combatifs Haller, Gianni Vermeersch et Hoelgaard, est parti à la poursuite du champion du Danemark, Florian Sénéchal a suivi, obligeant toujours les autres à travailler derrière. Lorsque Van Aert et Van der Poel ont fait le bond dans le Patterberg, Zdenek Stybar ne les a pas lâchés, histoire de garder la supériorité numérique. Toujours un coup d’avance, toujours faire travailler les autres, toujours avoir les cartes en main pour, petit à petit, épuiser sa proie. Grâce au travail d’équipe, ce sont toujours les adversaires qui doivent faire les efforts et on a beau s’appeler Van Aert ou Van der Poel, à un moment donné, on craque. C’est ce qui s’est passé avec Van Aert, qui a explosé après un dernier effort dans l’ultime difficulté du jour. Quant à Van der Poel, il était probablement plus fort, mais n’a rien pu faire face à trois loups dans le final.

Quant à Kasper Asgreen, après avoir été repris à 10 kilomètres de l’arrivée par un groupe dans lequel figurait MVDP, Van Baarle, Van Avermaet, Naesen, Sénéchal et Stybar, il a soufflé pendant quelques minutes avant de placer une attaque à 3 kilomètres de l’arrivée. Une attacque intelligente, au niveau d'un ilot directionnel qui a empêcher les possible suiveurs de bouger pendant quelques mètres. Résignés, les adversaires du Wolf Pack ont vite compris qu’ils allaient devoir se contenter des places d’honneur, permettant ainsi à Asgreen d’aller cueillir une victoire plus que méritée, devant son équipier Sénéchal qui s’offre le plaisir de battre Van der Poel dans le sprint pour la deuxième place.

La supériorité collective des hommes de Patrick Lefevere a été écrasante. Ils ont montré comment battre les cadors qui semblaient inaccessibles. Ils ont broyé la concurrence venue avec une tactique à deux leaders, les Trentin-Kristoff, les Benoot-Andersen, les Stuyven-Pedersen, les Colbrelli-Teuns, les Pidcock-Van Baarle, et surtout, le couple Van Avermaet-Naesen piégé dans le Taaienberg, revenu à l’avant, mais tout simplement impuissant face à la meute. Une chose c’est d’avoir deux options. C’est en une autre d’en avoir cinq… Le pire c’est qu’on risque de revoir le même scénario, dimanche à Gand-Wevelgem. Les Quick Step qui partiront avec le groupe des costauds dans le Mont Kemmel, vont pouvoir tranquillement se mettre dans les roues, sachant qu’ils ont le meilleur sprinter derrière, à savoir Sam Bennett. On se demande d’ailleurs qui va vouloir tenter le coup perdu d’avance. Tant qu’à se faire battre par le Wolf Pack, autant le faire dans un sprint massif, ça coute moins d’énergie…

Le GP de l’E3 confirme aussi qu’il vaut toujours mieux avoir des Deceuninck Quick Step dans sa fantateam, ce sont des placements à rentabilité garantie. Ce n’est pas Beeblebrox qui dira le contraire, puisqu’il s’impose avec son équipe Pijot composée notamment d’Asgreen, Sénéchal, Lampaert, MVDP, Van Aert, Florian Vermeersch, Tiesj Benoot et Stefan Kung. 1880 points, ce sont 100 de plus que le nouveau leader du classement général,  Raph De Vlaemink qui, en compagnie de Camoulox, a créé un petit écart sur le reste du groupe qui commence petit à petit à exploser.