Van Aert met tout le monde dans le vent

Si l’étape de montagne de jeudi fut peu spectaculaire, on ne peut pas en dire de même de l’étape « de transition » de ce vendredi. La 7ème étape s’est en effet courue à des rythmes fous, avec les Bora Hansgrohe qui ont attaqué dès le début de l’étape afin de distancier les sprinters dans les premières difficultés du jour et mettre Peter Sagan sur orbite. Cela a partiellement fonctionné, puisque le triple champion du monde a certes récupérer le maillot vert, mais devra digérer une 13ème place d’étape plus que décevante. En plus, les bordures prévues dans les 50 derniers kilomètres sont arrivées ponctuellement, avec des leaders comme Pogacar, Landa, Porte ou Mollema qui perdent au final 1’21 sur les autres favoris. La victoire du jour est finalement revenue au désormais imbattable Woet Van Aert. Le Belge a devancé au sprint Edvald Boasson Hagen et Brian Coquard et grimpe à la troisième place du classement du maillot vert.

Au Fantatour, c’est l’équipe DonLolo2 qui l’emporte grâce au trio Van Aert-Boasson-Coquard plus un Bernal de plus en plus combatif. Yak2boules 2 reste en tête du général.

Le bon plan du jour

Un analyste avisé avait dit au début du Tour,  « je prends Van Aert, il est simplement trop fort et marquera des points même sur une jambe ». On a fait l’erreur de le classer trop vite parmi les mauvais plans, car après trois étapes, il ne semblait pas vouloir faire autre chose que travailler pour ses leaders.  Mais trois jours après, Van Aert a remporté deux étapes, est troisième du classement à points et a confirmé qu’il est le coureur le plus en forme du peloton. 405 points pour 37 fantamillion, aucun sprinter n’a fait mieux pour l’instant. Ce qui impressionne, c’est sa constance dans l’étalage de sa supériorité. Il était le plus fort aux Strade Bianche, il était le plus fort à Sanremo, il a mis tout le monde dans le rouge dans la montée d’Orcières-Merlettes, il était le plus fort dans le sprint en côte de Privas. Aujourd’hui, malgré la présence de bons sprinters comme Sagan, Boasson Hagen, Coquard, Stuyven ou Laporte, on savait que Van Aert allait gagner. Sur une jambe…

 

Le mauvais plan du Tour

Les maillots changent, mais les années se suivent et se ressemblent pour Mikel Landa et Richie Porte. On savait que les 50 derniers kilomètres de l’étape étaient propices aux bordures. On savait qu’en cas de bordures, il y avait quand même quelques spécialistes de la loose qui devaient particulièrement faire attention, genre Quintana, Pinot, Lopez, Landa ou Porte. Si les trois premiers ont parfaitement géré la situation, les deux autres ont été fidèles au rendez-vous et perdent au final 1’21. Du temps qu’il ne sera pas facile de récupérer aussitôt, vu le niveau des autres favoris du Tour. Bref, on le sait, mais Mikel Landa et Richie Porte, il ne faut pas les prendre…

 

La question du jour

S’il n’avait pas déraillé, est-ce que Julian Alaphilippe aurait pu terminer dans les trois premiers du sprint, prendre des bonifications, remonter au classement général et prendre des points précieux ? On a beau voir et revoir le sprint, cette question reste sans réponses.

L’autre question du jour

On ne ferait pas un Tour de France sans montagnes, mais uniquement avec des étapes à travers des plaines balayées pas le vent ? Car quelque chose nous dit que la grande bagarre, ce ne sera pas pour ce week-end…

Derniers articles