L'oeuvre de Gaudu!

Après s’être isolé en compagnie de Marc Soler, David Gaudu s’offre une très belle victoire de prestige au sommet de l'Alto de la Farrapona. Présent dans la bonne échappée du jour suite aux coups de pétards dans la lutte au maillot à pois, le breton, bien aidé par son équipier Armirail, et ses comparses parviendront à conserver une petite minute d'avance sur un peloton bien amorphe. Marc Soler passe donc de peu à côté de sa deuxième victoire sur cette Vuelta mais se replace au général tandis que la paire de Sunweb, Storer et Donovan, devance Guillaume Martin qui consolide son maillot de meilleur grimpeur.

Les favoris se sont, eux, regardés et sont probablement restés dans la réserve, du moins on l’espère, avant l’ascension du terrible Angliru ce dimanche. Esteban Chaves est le seul à avoir craqué, le colombien sort du top10 et confirme qu’il sera difficile d’un jour revenir au niveau qui était le sien au cours de son exceptionnelle année 2016.

À la FantaVuelta, c’est Den 8, avec Gaudu, Soler, Vlasov, Poels et Roglic qui vient chercher les fleurs et An Geansaï Dearg qui trône toujours en tête mais d’une courte longueur.

Le bon plan

David Gaudu fait partie de cette génération de jeunes et talentueux coureurs à qui tout semble sourire. Vainqueur du Tour de l’avenir en 2016 devant des gars comme Egan Bernal, Tao Geoghegan Hart ou encore Harm Vanhoucke, Gaudu tarde pourtant à éclore au grand jour. Dans l’ombre de Thibault Pinot, le numéro un sur son dossard montre pourtant qu’il était, à priori, l’homme sur qui on comptait chez FDJ au départ de cette Vuelta. Après un départ chaotique, en total manque de forme, le français perd vite toute ambition de bien figurer au général. Sa victoire aujourd’hui montre qu’il est dans une courbe ascendante et qu’il faudra peut-être bien encore un peu compter sur lui dans les jours à venir.

Le mauvais plan

Esteban Chaves, après un départ encourageant et malgré ses petits coups du sort récurrents, avait entamé cette Vuelta sous les meilleurs auspices. L’histoire semble malheureusement se répéter une fois de plus et Chaves a de nouveau totalement perdu pied cet après-midi. Où est passé le virevoltant et somptueux grimpeur qui avait éclaboussé de toute sa classe les Tours d’Italie et d’Espagne en 2016. Depuis ses soucis de santé qui l’avaient éloigné du cyclisme un bon moment, le souriant colombien n’est plus que l’ombre du coureur à qui on promettait la lune sur les Grands Tours. Dommage, à moins que demain sur l’Angliru… On peut rêver.

La question du jour

On annonçait un carnage pour cette première journée dans les Asturies et, hormis la belle bagarre pour les pois et pour la victoire, on n’a vraiment pas vu grand chose. Bizarre, car ce week-end s'avérera assurément décisif dans la course au maillot rouge. Probablement une ruse pour mieux rebondir ce dimanche et nous offrir un show qu’on attend des plus chauds.

Commentaires

Derniers articles