Magnus, le sprinter survivant

Magnus Cort Nielsen a remporté la 16ème étape de la Vuelta en réglant au sprint un peloton réduit composé essentiellement des leaders du général et des grimpeurs du groupe. Suite au déclassement de Rui Costa, c’est Primoz Roglic qui termine deuxième et Dion Smith, troisième. Après la parenthèse venteuse de jeudi, sur papier, l’étape de Cuidad Rodrigo semblait à nouveau destinée aux baroudeurs. Mais le peloton en a décidé autrement et il faut dire qu’on n’a pas encore très bien compris pourquoi. C’est vrai que les Movistar se sont probablement dit que c’était la dernière occasion pour Alejandro Valverde de remporter une victoire en 2020, mais après avoir travaillé dur pour revenir sur Rémi Cavagna, le dernier rescapé de l’échappé, ils étaient cuits et on trop vite laissé El Bala prendre le vent dans la dernière ligne droite. Lorsqu’il s’est rendu compte qu’il devait lancer le sprint de trop loin, Valverde a compris que s’était définitivement foutu pour cette année. Il termine finalement cinquième de l’étape. Quant aux Ineos qui ont imprimé un grand rythme dans le dernier col du jour pour annihiler l’échappée, ils peuvent constater que cela a permis à Primoz Roglic de faire le sprint pour prendre 6 secondes de bonifications, histoire d’aborder la dernière journée avec un peu plus de marge.  

A la Fantavuelta, Jojo remporte l’étape du jour avec le score record de 686 points. La nouvelle du jour est cependant la prise de pouvoir de Bjorn Borg au classement général. Le tennisman intrus profite du marquage étroit entre Mitrogoal et An Geansai Dearg pour lancer le sprint de loin et prendre la tête grâce aux 200 points de Cort Nielsen. Mais attention, car il a entraîné dans sa roue le fanta-champion-du-monde Piquouz qui pourrait bien attendre le dernier moment pour jouer ses cartes magiques. Cinq équipes ses tiennent en 200 points à deux jour de la fin de la Fantavuelta, la tension est palpable, on rêve d’une victoire de Dan Martin, d’une remuntada d’Enric Mas, d’une échappée miraculeusement victorieuse de Jefferson Cepeda, d’un sprint de Max Kanter…

Le bon plan du jour

Magnus Cort Nielsen à 5 millions, c’était un peu le cadeau de cette Fantavuelta. Surtout que le Danois avait montré à Tirreno-Adriatico qu’il avait retrouvé le goût pour le sprints massifs et qu’il avait donc une bonne carte à jouer sur cette Vuelta où les jeux étaient assez ouverts derrières les cadors comme Bennett, Ackermann ou Philipsen. Pourtant, lors des premiers sprints, Cort Nielsen avait été décevant, n’allant pas au-delà de la 10ème place. Même sa 7ème place dans le sprint inattendu de jeudi était considérée un échec. Il s’est alors rappelé qu’il savait passer les bosses, et visiblement mieux que tous les autres sprinters présents sur cette Vuelta. Pendant que les Ineos imprimaient un rythme élevé dans les cols, les sprinters lâchaient un après l’autre, alors que Magnus Cort Nielsen restait tranquillement dans le peloton aux côtés de Michael Woods et Hugh Carthy. Il était le dernier sprinter à avoir résisté et clairement le coureur le plus rapide du peloton qui s’est disputé la victoire à Cuidad Rodrigo. Il n’a pas raté son coup. 245 points et encore un sprint en toute décontraction pour augmenter son butin… Magnus a fait le job.

 

Le mauvais plan du tour

Finalement, après plusieurs jours à se trainer à l’arrière du peloton, Andrea Bagioli a jeté l’éponge et abandonné la Vuelta. Le jeune italien était visiblement épuisé et son premier grand tour n’aura pas tout à fait confirmé le potentiel qu’on lui attribuait. Alors certes, il a bien commencé sa Vuelta en restant très près des meilleurs dans les premiers jours et en prenant une belle troisième place à Suances, mais il s’est lentement éteint jusqu’à son abandon à deux jours de l’arrivée. Andrea Bagioli est un grand talent et ce n’est pas pour rien qu’il a été engagé par la Deceuninck Quick Step qui lui a fait faire un premier grand tour dès sa première année chez les pros. L’objectif était de comprendre ses limites, ses possibilités de jouer le général, de se confronter aux meilleurs puncheurs, aux meilleurs sprinters. Une approche probablement trop « formatrice » pour être rentable fantacyclistiquement parlant. Dans la foulée du mouvement « jeunesse au pouvoir 2020 » les 38 fantamanagers qui ont dépensé 26 millions pensaient probablement que la nouvelle pépite qui allait éclore s’appellait Andrea Bagioli. Cette possibilité n’est pas à exclure, mais il faudra attendre encore un peu et se contenter d’un maigre butin de 170 points.

 

La question du jour

Très simple aujourd’hui : qui va gagner la Vuelta ?

Commentaires

Pas un seul commentaire

Pas un seul commentaire depuis trois jours... Ça sent aussi la fin de saison pour le Fanta peloton ! Sinon, dommage pour Cavagna, il n'a pas manqué grand chose au TGV de Clermont-Ferrand (sic...!)

Pour répondre à la question

Pour répondre à la question du jour, Jumbo fait la course et Carapaz s'impose devant Carthy. Roglic, troisième, ne doit sa place sur le podium qu'à la malheureuse crevaison de Dan Martin parti en solo à cinq kil de l'arrivée.... :0)

Derniers articles