Michael Woods est sorti du bois

Michael Woods a remporté la 7ème étape de la Vuelta en solitaire devant Omar Fraile et Alejandro Valverde. L’étape suivant le premier jour de repos convenait parfaitement aux baroudeurs avec une arrivée en bas d’un col de première catégorie et un programme chargé dans les prochains jours qui n’incitait guère les leaders du général à se battre pour la victoire d’étape. C’est donc une échappée fleuve qui s’est formée en plusieurs temps, avec une trentaine de coureurs parmi lesquels on trouvait presque tous leaders très loin au général comme Woods, Formolo, Guillaume Martin, Sepp Kuss, Michael Storer ou Rui Costa, des spécialistes des échappées à long cours comme Omar Fraile, Nans Peters ou Magnus Cort Nielsen, mais aussi des lieutenants aux portes du top-10 du général comme Alejandro Valverde, Mikel Nieve ou Kenny Elissonde.  Tous accompagnées de plusieurs équipiers. La course s’est jouée dans le Puerto de Orduña, lorsque Michael Woods a accéléré et un groupe composé d’un virevoltant Valverde, de Guillaume Martin, Omar Fraile et Nans Peters est resté à sa poursuite, piégeant les Jumbo-Visma Sepp Kuss et George Bennet, les trop timides Davide Formolo et Rui Costa et les jeunes néerlandais Arensman et Schelling. Dans un final nerveux où Woods, Valverde, Peters, Martin et Fraile ont tour à tour tenté de s’envoler, c’est finalement le Canadien qui a mieux dosé ses efforts, en laissant les autres s’épuiser avant de placer son attaque sous la flamme rouge. Michael Woods avait été relativement déçu de sa deuxième place dimanche à Formigal. Il n’a pas perdu de temps pour prendre sa revanche et risque encore d’amuser la galerie dans les prochains jours. Comme prévu, les leaders ont contrôlé l’échappée, ne laissant pas trop d’avance à des coureurs comme Valverde, Bennet ou Nieve, mais ont respecté une paix temporaire dans la dernière ascension du jour. Une trêve qui devrait prendre fin dans le terrible Alto de Moncalvillo prévu au programme ce mercredi.

Avec Woods, Valverde, Rui Costa et Carapaz, la team Txacoli remporte l’étape du jour à la Fantavuelta, alors que le fanta-maillot rouge reste sur les épaule de An Geansai Dearg.

Le bon plan du jour

« C’est peut-être un mal pour un bien » avait dit Guillaume Martin après être sorti du classement général dès la deuxième étape. Une phrase philosophiquement lourde de sens que le leader de la Cofidis a voulu tester sur le terrain en partant dans toutes les échappées depuis samedi dernier. Si la victoire n’est toujours pas arrivée, le Socrate à vélo rapporte malgré tout des points aux 51 équipes qui avaient dépensé 43 fantamillions pour s’offrir ses services. Il se retrouve en outre avec le maillot du meilleur grimpeur sur les épaules et on espère vivement que la question existentielle de savoir s’il faut mieux privilégier le maillot ou la victoire d’étape ne lui fasse pas péter un boulon.

Le mauvais plan du tour

Alors que presque tous les leaders déçus n’ont pas raté l’occasion en or que représentait cette 7ème étape, Andrea Bagioli est sagement resté dans le groupe maillot rouge alors qu’il avait dit adieu à ses ambitions au classement général après l’étape de dimanche. Le jeune italien avait montré de belles choses dans les premiers jours de cette Vuelta, mais a peut-être trop donné pour finalement être aujourd’hui incapable de se glisser dans les échappée, ni de lutter contre les hommes forts du général. Bref, pour l’instant, il est entre deux chaises, ce qui ne rapporte pas grand-chose fantacycIistiquement parlant. Il lui reste d’autres occasions qu’il ne devra cependant pas gâcher, car 38 fantateams attendent impatiemment que le dernier poulain de Patrick Lefevere soit le prochain jeune à être mis sur un piédestal.

Commentaires

1 point bonus-oreillette à

Portrait de piticoujou
1 point bonus-oreillette à Lucho pour le joli calembour dans le titre de l'article. Et merci pour les commentaires sympas sur Guillaume Martin (sa longue interview dans l'Equipe Magazine d'il y a 2 semaines est édifiante, le mec est clairement dans un très haut niveau d'analyse de son sport, j'ai hâte de lire son prochain bouquin - qu'il a continué d'écrire pendant le Tour de France - chacun ses méthodes de récup', hein...)

En effet, finement placé

En effet, finement placé Lucho! Sinon, en réserve pour son prochain succès, "le festival de Woods..tock". Rayon mauvaises nouvelles, Moschetti hors-délai et abandon du Papillon de Maastricht...

Quel Tigre ce Woods, je l

Portrait de Yuix
Quel Tigre ce Woods, je l'avais pris dans ma fantateam en croyant qu'il faisait le général mais il vend du rêve. Une petite pensée pour Valverde qui retrouve toujours une seconde jeunesse au tour d'Espagne.

Derniers articles