Roglic force quatre, mais la Vuelta reste ouverte

La question avant le départ du contre-la-montre de mardi n’était pas de savoir si Primoz Rolgic allait l’emporter ou prendre du temps sur ses principaux rivaux, mais si le Slovène allait assommer la Vuelta et clore le suspens pour la victoire finale. La bonne nouvelle pour les amateurs neutres, c’est que Primoz Roglic a finalement refait une prestation similaire à celle qui lui avait couté le maillot jaune sur la Planche des Belles Filles il y a un mois. Sauf que les adversaires n’étaient pas les mêmes qu’au Tour de France, ce qui a permis à Roglic de malgré tout remporter l’étape avec une seconde d’avance sur William Barta et de reprendre le maillot rouge des épaules de Richard Carapaz mais avec un écart finalement assez réduit. L’autre question était de savoir comment allaient se comporter les autres leaders du top-10 du classement général, aucun d’entre eux n’étant un vrai spécialiste de l’exercice contre le temps. Et là, les résultats sont plutôt clairs : Hugh Carthy et Richard Carapaz s’en sortent plutôt bien, avec respectivement une 4ème place à ‘25 et une 7ème place à ‘49 du vainqueur et nouveau maillot rouge. Daniel Martin a limité la casse et termine 13ème à 1’17, dans les temps de Soler et Woet Poels, alors qu’Enric Mas, qui sur papier était celui qui avait la meilleure carte à jouer, réalise le moins bon chrono en concédant 1’43 à Roglic et en s’éloignant (définitivement ?) du podium.  

Les conclusions à tirer de ce contre-la-montre sont donc partagée. Roglic a gagné et reprend le maillot rouge, certes, mais il n’a pas écrasé la concurrence et la Vuelta est loin d’être gagnée, même si 39 secondes d’avance sur Richard Carapaz et 47 sur Hugh Carthy devraient lui permettre d’aborder sereinement la dernière semaine en compagnie de son armada fidèle. Surtout que les trois prochaines étapes ne semblent pas vraiment propices aux attaques et qu’il faudra attendre samedi prochain pour la dernière grande explication.

La journée fut également intense à la Fantavuelta, puisqu’au terme d’un sprint très serrée entre trois équipes avec la même combinaison Roglic-Carapaz-Mas-Barta, c’est finalement la Tommyteam qui l’emporte devant Olympique Pastaga et Hala Madrid #2 grâce au point de la 15ème place de Thymen Arensman. Grâce également à Will Barta, Mitrogoal prend la quatrième place du jour et rejoint An Geansai Dearg en tête du classement général. Deux équipes à égalité de points en début de troisième semaine, on n’avait encore jamais vu ça et ça annonce une bagarre à couteau tiré dans les prochains jours.

Le bon plan du jour

Will Barta fait partie de la nouvelle génération des cyclistes américains qui tentent de relancer le mouvement outre-Atlantique malgré des conditions difficiles. Issue de la désormais fameuse école Axeon d’Axel Merckx, il ne comptait pourtant pas de grands résultats à son actif en deux saisons chez les professionnels. Sans contrat pour 2021, Will Barta a sorti la grande prestation au meilleur moment. Dommage pour lui qu’il rate la victoire d’étape pour une seule seconde, mais les 18 fantateams qui ont dépensé 2 millions pour lui, se contenteront des 100 points rapportés par le jeune américain.

 

Le mauvais plan du tour

51 fantamanagers avaient déjà compris depuis longtemps que miser sur Chris Froome était une erreur assez grossière. Si le Kenyan blanc n’est plus à la hauteur en montagne, il pouvait peut-être encore dire la sienne dans l’exercice individuel qu’il maitrisait largement dans le passé. Mais Froome n’a simplement pas fait le chrono à bloc. Il n’a même pas changé de vélo avant la dernière montée et termine tranquillement à 5’48 du vainqueur du jour. Ce contre-la-montre était peut-être la dernière chance pour Froome de débloquer son compteur, à moins de le voir faire le baroudeur dans une échappée matinale ou accompagner Carapaz jusqu’en haut de l’Alto de la Covatilla samedi.

 

La question du jour

Sans vouloir répliquer les troisièmes semaines infernales du Giro dans tous les grands tours, on peut quand même se poser la question sur l’intérêt de placer trois étapes « de transition » presque identiques dans la dernière semaine d’une Vuelta. Ce n’est pas la première fois que le parcours du tour ibérique manque d’originalité dans sa dernière partie et les trois étapes qui nous attendent jusqu’à vendredi risquent bien de se dérouler avec un scénario écrit d’avance et sans bagarre entre les trois premiers du classement général qui se tiennent en moins d’une minute.

Commentaires

Froome...Pas cher, des

Portrait de piticoujou
Froome...Pas cher, des chronos à jouer sur cette vuelta,... mais bon, oui, j'ai fait l'erreur grossière. Au point que je me demande s'il fera un leader de grand tour crédible la saison prochaine dans sa nouvelle équipe - même pas sûr... Goodbye, Chris...

En tous les cas, la leçon du

Portrait de El Diablo
En tous les cas, la leçon du jour: celui qui avait bêtement mis Roglic vainqueur de toutes les étapes au Prono du jour avant même le début de la Vuelta, aujourd'hui il serait 5ème du classement avec le double des points que j'ai obtenu après des analyses et questionnements interminables...

Derniers articles