Vuelta 2020, les premières indications sont très claires

Il y avait de nombreux doutes avant le départ de la Vuelta, sur la condition de certains leaders, sur les hiérarchies au sein des équipes, sur la capacité de récupération et sur le niveau de motivation. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la première étape du dernier tour de la saison a donné des réponses très claires à la plupart de ces questions. Une première étape remportée par la machine Primoz Rolic devant Richard Carapaz, Daniel Martin et un groupe formé d’Esteban Chaves, Felix Grosshartner, Enric Mas, Hugh Carthy et Sepp Kuss. Les hommes forts de cette Vuelta sont là. En tous les cas pour l’instant et on peut y ajouter George Bennett qui a lâché prise peu avant le sommet. A près d’une minute, les premiers battus comme Bagioli, Dumoulin, Valverde, Nieve, De la Cruz, Formolo et Gorka Izagirre. Après eux, c’est déjà le carnage. Les possibles leaders sont tombés comme des mouches, un après l’autre. Dans l’ordre de craquage : Michael Woods (sur chute), Ion Izagirre, Chris Froome (dans l’avant dernière ascension), Thibaut Pinot, Aleksandr Vlasov, Daniel Martinez (victime d’une chute plus tôt), Woet Poels, David Gaudu et Marc Soler. La Vuelta est encore longue et les étapes pour baroudeurs très nombreuses, donc c’est loin d’être fini pour ses coureurs qui ont néanmoins montré que leurs ambitions au classement général peuvent être mises de côté.

Si à long terme, la triplette Roglic-Carapaz-Mas semble être pour l’instant la plus intéressante, la première victoire d’étape de la Fantavuelta revient aux deux équipes qui ont misé sur Roglic, Carapaz et Dan Martin. Mitrogoal et An Geansai Dearg l’emportent donc ex-aequo devant Macho Madness et Miguel Indurain.  

Le bon plan du jour

Malgré une Vuelta comme toujours remplie d’arrivées en côte, peux de fantamanagers ont misé sur celui qui était autre fois un des meilleurs spécialistes du genre : Dan Martin. L’Irlandais avait pourtant montré à la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège que ses mauvaises prestations au Tour de France étaient un lointain souvenir amputable à une chute de début de course. Pour 24 fantamillions, il semble être le bon investissement parmi cette catégorie de prix et sa troisième place d’étape et au classement général pourrait être le début d’une belle histoire entre Danny-dents-de-requins et le 20 fantateams qui n’ont pas la mémoire courte.

Le mauvais plan du tour

On imagine très bien la situation il y a 24 heures : « Il me reste trois coureurs et trois fantamillions, comment choisir parmi tous ces coureurs low costs ? Un semi-sprinter comme Manzin, Thijssen ou Kanter ? Non, trop peux d’étapes de plaine. Un jeune prometteur ? Oui, mais lequel ? Bon je vais miser sur les Sunweb qui sont en feu dans toutes les courses : Ilan Van Wilder. Un vieux briscard ? Oui, c’est clair, avec toutes ces étapes pour baroudeurs, ça peut rapporter gros. Mathias Franck et Alexandr Geniez ? AG2R est venu pour ça. Ok, c’est bon, mes équipes sont faites ». 24 heures après, sur les quatre coureurs à 1 million les plus populaires (le quatrième étant Teejay Van Garderen), trois ont abandonné. On n’a pas l’habitude de classer les coureurs low costs dans cette rubrique, mais là, c’est énorme…

La question du jour

Est-ce que Chris Froome fait encore partie d’Ineos Grenadiers ? Ou est-ce que ses futurs équipiers d’Israel Start Up vont l’aider alors que les hommes de Dave Brailsford font le forcing pendant que leur leader historique est en difficulté ?

Derniers articles